La presse demande la mise en place d'un fonds pour soutenir les imprimeries

L'Alliance de la presse d'information générale a demandé mardi 9 avril une aide supplémentaire de l'État pour soutenir la filière.

L’Alliance de la presse d’information générale, dont les difficultés financières s’aggravent d’année en année, a demandé mardi 9 avril une aide supplémentaire de l’État pour soutenir la filière.

La presse propose plusieurs mesures ciblées, parmi lesquelles la mise en place d’un fonds de 14 millions d’euros par an pour la transformation des imprimeries et une TVA qui passerait de 2,1 % à zéro pour la presse. 

La filière demande également de reconsidérer le portage des journaux comme une prestation de service à la personne afin de faire bénéficier aux abonnés de crédits d’impôt, et de reverser les aides à la distribution aux éditeurs plutôt qu’à La Poste (qui est amenée à distribuer de moins en moins souvent les journaux d’après Jean-Michel Baylet, président de la nouvelle Alliance de la presse d’information générale).

Le coût de l’ensemble des mesures demandées par la presse est estimé à 169 millions d’euros par an sur les cinq prochaines années.

Perte des recettes publicitaires

La baisse de la diffusion print s’accompagne depuis plusieurs années d’une baisse des recettes publicitaires. Malgré l’explosion de l’audience numérique, les recettes de la publicité digitale n’arrivent pas à combler la perte des recettes papier.

Selon une étude du cabinet de conseil BearingPoint pour le ministère de la Culture et le Conseil supérieur de l’audiovisuel publiée cet été, les recettes nettes publicitaires sur la presse imprimée ont chuté de 71 % depuis les années 2000 en France.

Quant au marché publicitaire en ligne, il est capté en grande partie par les géants du web Google et Facebook.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...