Deux ans après l'incendie, l'imprimerie Le Menu Dubreuil a remonté la pente !

L'entreprise prévoit de retrouver le même chiffre d'affaires qu'avant le sinistre d'ici environ un an.

Près de deux ans après l’incendie qui a ravagé ses locaux, l’imprimerie Le Menu Dubreuil aura bientôt retrouvé un fonctionnement normal. Une belle victoire compte tenu de l’ampleur des dégâts.

En juin 2017, l’imprimerie installée à Ozoir-la-Ferrière en Seine-et-Marne (77) était en grande partie détruite par un incendie d’origine accidentelle. La totalité du bâtiment contenant les presses flexographiques avait brûlé.

Un nouveau bâtiment et du matériel neuf

L’imprimerie Le Menu Dubreuil est spécialisée dans la fabrication de serviettes et de nappes pour le secteur hôtellerie-restauration. Seul le bâtiment contenant la PAO et la presse numérique était resté intact suite à l’incendie.

C’est ce bâtiment qui a été agrandi pour former une nouvelle imprimerie, explique Jean Marc Lebhar, actionnaire majoritaire du groupe Lebhar, dont fait partie l’imprimerie Dubreuil.

« Nous avons achevé la reconstruction du bâtiment et avons reçu à peu près les deux tiers du matériel que nous avons commandé. »

Les presses flexographiques utilisées par l’imprimerie sont des machines spécifiques qui ont dû être reconstruites, ce qui implique des délais de commandes très longs.

« Nous avons déjà quatre machines extrêmement performantes qui ont été livrées donc nous commençons à avoir des armes qui vont nous permettre d’améliorer encore la relance de l’entreprise. »

Des mois de sous-traitance pour conserver le lien avec les clients

Pendant des mois, avant d’avoir le moindre matériel, l’imprimerie a fonctionné en faisant de la sous-traitance.

« Nous avons des confrères avec qui nous avons de bonnes relations qui ont accepté de fabriquer pour nous et nous ont permis de conserver le lien avec la plupart des clients. »

Aujourd’hui, l’entreprise sous-traite de moins en moins et d’ici l’été, elle devrait recevoir toutes les machines qui lui permettront de ne plus sous-traiter.

Un personnel qualifié qui est resté grâce à l’aide de l’activité partielle

L’imprimerie a pu bénéficier de l’aide d’activité partielle (chômage technique) qui lui a permis de payer 100 % du salaire des employés pendant un an, et donc de conserver le personnel.

« Les salariés sont formés sur des machines très spécifiques. Si nous avions dû les licencier, nous n’aurions pas pu les remplacer. »

L’appui du groupe Lebhar

Enfin, l’entreprise a pu bénéficier du soutien du groupe Lebhar, qui comprend 5 autres sociétés, toutes spécialisées dans le domaine de l’impression et de la personnalisation.

Si l’imprimerie Dubreuil a connu une baisse du chiffre d’affaires, Jean Marc Lebhar précise que celle-ci a pu être fortement limitée. L’entreprise prévoit de retrouver le même chiffre d’affaires qu’avant le sinistre d’ici environ un an.

Plus d'articles sur les chaînes :

Seine-et-Marne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...