Le métier de Conducteur de presse offset

Le Conducteur de presse (offset, flexographe ou rotative) conduit des machines d'impression pour assurer la fabrication d'imprimés (journaux, revue, livres, affiches…) au sein d'un atelier d'imprimerie.

Le

Le Conducteur de presse (offset, flexographe ou rotative) supervise l'impression de documents (journaux, magazines, livres, affiches…) réalisée par des machines à imprimer et vérifie la bonne concordance des imprimés.

Il peut travailler sur plusieurs types de presse :

  • Offset : L'offset est le procédé le plus répandu puisqu'il permet d'imprimer en grande quantité, à moindre coût et d'une belle qualité. C'est un procédé d'impression par double décalque, dans lequel le texte ou l'image à reproduire sont transférés de la surface imprimante, constituée par une plaque de métal encrée, sur le papier, par l'intermédiaire d'un cylindre en caoutchouc (définition du CNRTL) ;

  • Flexographe : Procédé qui permet d'imprimer en relief, proche de la typographie;

  • Rotative : Procédé qui permet d'imprimer des journaux ou des documents à grands tirage et donc de réduire les coûts tout en maintenant la qualité.

  

Avec l'automatisation des machines, le Conducteur de presse (offset, flexographe ou rotative) n'effectue quasiment plus de travail manuel. Il prend en compte le dossier de fabrication (quantité, couleur, format, qualité…), effectue les réglages de la machines (marges, pression, papier, encres, couleurs…), fixe la forme imprimante (plaque ou cylindre) sur laquelle sont reproduit les textes/dessins… à imprimer et lance les essais. Après validation du BAT, il lance la production, effectue le tirage final, contrôle la qualité de l'impression. Il assure ensuite le nettoyage de la machine et les premiers dépannages nécessaires.

Ses compétences et qualités

Le Conducteur de presse (offset, flexographe ou rotative) maîtrise les techniques d'impression, la colorimétrie, les différentes étapes de la chaîne graphique mais possède aussi des compétences informatiques pour savoir utiliser les machines automatiques et mécaniques pour assurer la maintenance de premier ordre. 

Il doit également être rigoureux, précis, réactif afin de trouver une solution pour palier à une production non satisfaisante, avoir une bonne perception des couleurs et une bonne condition physique pour supporter le travail debout, dans le bruit et porter de lourdes charges.

Son environnement de travail

Le Conducteur de presse (offset, flexographe ou rotative) exerce dans un atelier, au sein d'une imprimerie de presse, hors presse (affiches, PLV…) de livres, de labeur, d'une entreprise de presse ou d'une entreprise non spécialisée (service imprimerie). Il travaille très souvent en équipe dans des conditions assez bruyantes. Les horaires de travail sont assez lourds et requiert de travailler en horaires alternées pour assurer un service continu (journée, nuit, week-end).

Sa formation

Plusieurs diplômes existent pour devenir Conducteur de presse (offset, flexographe ou rotative). Tout dépend du niveau de responsabilité qu'il souhaite avoir. Voici quelques exemples : Bac pro Production graphique, Bac pro production imprimée ou encore BTS communication et industries graphiques option études et réalisation de produits graphiques ou réalisation de produits imprimés.

Dans le secteur de l'imprimerie, l'alternance est très répandue et permet aux jeunes diplômés de trouver facilement un emploi.

Son salaire

Le Conducteur de presse (offset, flexographe ou rotative) gagne environ 1450 € brut en tant que débutant. Sur une machine un peu plus complexe, il peut gagner jusqu'à 1600 € brut. Dans tous les cas, le salaire varie en fonction de l'entreprise, de l'expérience professionnelle, du domaine d'activité (imprimerie traditionnelle, de presse…)

 

Son évolution professionnelle

Le Conducteur de presse (offset, flexographe ou rotative) peut devenir, après quelques années d'expérience, Chef d'équipe ou Chef d'atelier et encadrer une équipe ou encore Directeur de production. Il peut également s'installer à son compte et ouvrir sa propre imprimerie artisanale.

Vos réactions
Ajouter un commentaire...

Vallon Simone 08 Août 2016
il faut ajouter que le travail dans les imprimeries et dans l'industrie graphique expose les imprimeurs à plusieurs risques spécifiques : nécessité de mesures de formation et de prévention des risques professionnels indispensables ! : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=400
Lecerf Luc 25 Janvier 2017
Le métier se prépare également par le CQP de conducteur offset machines complexes. Plusieurs centres en France proposent cette formation. Ce parcours pourra être judicieusement complété par le CQP de conducteur de presse numérique afin de détenir la double compétences offset/numérique très recherchée par les entreprises.

Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO