Portrait-robot du lecteur français moyen

Après une saison de bilans, d’études et d’enquêtes en tous genres, une silhouette semble se dessiner à l’horizon... Au travers des chiffres sur les ventes de livres, des sondages sur la lecture et des bilans des librairies, nous pouvons discerner une silhouette, celle du "lecteur français moyen".

Tout d’abord, le “lecteur français moyen” est un lecteur de livre en papier. Il bouquine occasionnellement, pour le plaisir afin d’apprendre et se détendre. Et bien que lecteur papier, il lit tout de même deux fois plus de livres numériques qu'en 2012.

Par semaine, il consacre 5h20 à la lecture (contre 5h48 en 2011) et, par an il dépense 81,2 euros (contre 94,60 en 2011). D’ailleurs le "lecteur français moyen" ne trouve rien à redire aux prix des livres, mais il regrette de ne pas pouvoir s’adonner davantage à la lecture à cause du manque de temps.

Et le temps n’a pas tendre avec le “lecteur français moyen”, qui en trois ans, a pris 8 années et est âgé désormais de 40 ans. Mais il est aussi monté dans l’échelle sociale.

Il a lu, en 2013, 15 livres alors qu’il en lisait 16 en 2011, livres qu'il achète principalement dans les librairies et en grandes surfaces.

Notre “lecteur français moyen” parcourt 3,8 genres de livres par an, mais il aime principalement les livres policiers et romans d’espionnage.

Le "lecteur français moyen" pense qu’il est important de lire aux enfants afin de leur donner le goût de la lecture. Il considère aussi que le livre est une source essentielle de connaissance. Il estime qu’un livre peut marquer profondément, et que posséder une bibliothèque est essentiel. Il ne peut tout simplement pas imaginer un monde sans livres.


(D'après : l’étude de GfK de mars 2014, le baromètre multi-clients Achats de livres TNS-Sofres pour MCC-SLL/OEL, et l’étude de mars 2014 de IPSOS pour le SNE et le Centre national du livre)

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...