Le Point accélère sa transformation digitale

Le Point a annoncé, jeudi, un plan d'économies avec 28 postes supprimés ainsi que des investissements pour accélérer sa mutation numérique.

Comme de nombreux grands titres de presse, Le Point cherche à se tourner vers le digital et changer son modèle économique, qui n'a plus adapté au monde de l'information actuel. 

Le magazine, qui compte 180 salariés, met donc en place un plan d'économies comprenant la suppression de 28 postes, ainsi que des investissements importants pour accélérer sa mutation numérique.

La direction souhaite réduire les licenciements avec des départs volontaires. Pour l'instant, les suppressions de postes toucheraient presque que des non-journalistes.

Le magazine, dont le directeur de publication est Etienne Gernelle, souhaite également réaliser des  investissements dans les nouvelles technologies, notamment dans les applications.

Cet été, déjà, il a mis en place une section payante sur son site Internet.

Détenu par François Pinault via le groupe Artémis, l'hebdomadaire fondé en 1972 est le troisième magazine français d'information, avec 386 205 exemplaires vendus en septembre selon les derniers chiffres de l'OJD. Mais ses ventes ont baissé d'environ 4 % par rapport à l'an dernier.

En juillet, dans un article intitulé ″Le Point pourrait virer au rouge en 2014″, Les Échos évoquaient une perte estimée entre 400 000 et 500 000 euros cette année. En 2011, le magazine gagnait 3,6 millions d'euros.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...