Le livre imprimé n'a pas de souci à se faire selon les prédictions de Deloitte

Selon le cabinet Deloitte, les livres électroniques ne remplaceront pas le support imprimé, même s'ils représentent toujours une part de marché importante et croissante.

Le cabinet Deloitte, basé en Angleterre, a publié ses "Prédictions 2015" des technologies, médias et communications.

Il prévoit qu'en 2015 le papier représentera plus de 80 % des ventes de livres en dollars dans le monde.

Une décennie après le lancement de la lieuse, le print domine encore les ventes de livres, même dans les marchés où la pénétration de l'appareil numérique est grande.

Selon le cabinet d'étude, les ventes de livres électroniques ont atteint un seuil en 2013, ou ont vu leur croissance décélérer sur les principaux marchés, comme aux États-Unis, Royaume-Uni et au Canada.

″Il convient de noter, toutefois, que la tendance à long terme pour les livres d'impression n'a pas toujours été aussi bonne. Bien que les e-books ne constituent pas la majorité du marché du livre, ils en ont pris une part significative.″ Entre 2008 et 2013, les ventes de livres imprimés et numériques aux États-Unis ont augmenté de 8 %. Si les livres numériques sont retirés de ce chiffre, les ventes de livres sont en baisse de 8 % sur cette période.

Sur certains marchés de l'imprimé, comme les journaux, la majorité de la demande est tirée par les consommateurs plus âgés. Mais l'aversion de la génération Y pour les CD, DVD, journaux et magazines imprimés ne s'est pas étendue pas aux livres imprimés.

Les jeunes lecteurs lisent et qui plus est, intensément. Dans une enquête, un quart des Américains de 16-34 ans décrivent les livres comme une "passion". Un pourcentage en ligne avec la moyenne des autres tranches d'âges.

Et cette passion ne vaut pas seulement pour les livres, mais surtout pour le livre imprimé. Près de la moitié des 16-34 ans estime que les ″e-books ne prendront jamais la place de vrais livres″ pour eux.

Une étude britannique a révélé que 62 % des 16-24 ans préfèrent les livres imprimés d'achat plus e-books parce qu'ils aiment ″l'odeur" et "veulent des étagères pleines".

Cette préférence pour l'imprimé ne semble cependant pas être une panacée pour les librairies physiques. Bien que les fermetures de librairies indépendantes aux États-Unis soient en recul, les ventes de livres en ligne continuent de prospérer. En 2012, au Royaume-Uni près de 40 % de tous les livres (imprimés et e-books) ont été achetés dans des boutiques en ligne exclusivement et ce pourcentage est susceptible d'être beaucoup plus élevé à l'heure actuelle.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...