L'éco-conception des papiers, un critère de plus en plus important

Avec son barème écodifférencié, l'organisme Écofolio permet de mesurer l'utilisation des papiers issus de fibres recyclées et qui sont facilement recyclables.

Écofolio, qui finance la collecte des papiers, vient de publier la synthèse de son barème éco-différencié.

Le barème éco-différencié permet de déterminer quel sera le montant de la contribution des adhérents d'Écofolio. Ces adhérents sont toutes les entités qui mettent sur le marché au moins 5 tonnes de papier par an.

Ce barème est basé sur un système de bonus et de malus qui récompense l'utilisation des papiers les plus vertueux en terme d'écologie.

Pour cela, il prend en compte deux critères : l’origine de la fibre (papier recyclé, papier dont l’origine des fibres est connue ou papier sans traçabilité) et l’utilisation ou non d’éléments perturbateurs du recyclage (certaines colles et encres, les pelliculages ou les blisters).

Les papiers recyclés représentent 20 % des papiers mis sur le marché

Avec toutes les données recueillies, le barème éco-différencié permet de mesurer les progrès réalisés dans l’éco-conception des papiers émis en France (hors presse et édition qui ne sont pas soumis à l’éco-contribution).

Près de 2 millions de tonnes de papiers sont désormais concernées par cette démarche d’écoconception.

L'éco-organisme note une progression de 25 % de l’utilisation de papiers issus de fibres recyclées. Ces papiers représentent 20 % des papiers en 2014 contre 16 % en 2013.

De plus, 55 % des papiers ne comportent aucun élément perturbateur du recyclage (contre 49 % en 2013).

Ces résultats démontrent l’investissement de plus en plus grand des entreprises et des administrations dans leur gestion responsable des papiers.

(Crédit photo : Écofolio)

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...