Michel Catalano rouvre enfin son imprimerie (77) et avec le président de la République

Jeudi matin, François Hollande remettra la Légion d'honneur à l'imprimeur ainsi qu'à son ancien employé, Lilian Lepère, et participera à l'inauguration du nouveau bâtiment.

Cette inauguration Michel Catalano l'attendait depuis longtemps. Des mois d'efforts lui auront été nécessaires pour reconstruire l'imprimerie à Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne où les deux terroristes Kouachi, responsables de la tuerie de Charlie Hebdo, s'étaient retranchés le 9 janvier 2015. 

Jeudi matin, le chef d'entreprise rouvrira officiellement Création Tendance Découverte (CTD), qu'il a fondé en 2001, et ce en présence du président de la République. François Hollande remettra les insignes de la Légion d'honneur à l'imprimeur ainsi qu'à son ancien graphiste, Lilian Lepère, resté caché dans le bâtiment jusqu'à l'assaut du GIGN.

Après avoir temporairement déplacé son imprimerie à quelques kilomètres, à Mesnil-Amelot, Michel Catalano avait posé en avril la première pierre de son nouveau bâtiment au même endroit qu'auparavant.

"Je veux reconstruire tout d'abord parce que je suis soutenu par les gens de Dammartin et de Mesnil-Amelot, et parce que, financièrement mon terrain ne valait plus rien... (...) Et puis, je me reconstruis à travers la reconstruction de mon bâtiment et d'une entreprise plus forte. Il faut reconstruire son milieu pour pouvoir envisager de se reconstruire psychologiquement", nous confiait-il en janvier dernier.

Une imprimerie plus grande, plus sûre, plus forte et plus pointue

Il a choisi de reconstruire ce que les terroristes ont détruit, en plus grand, plus sûr, plus fort et plus pointu. L'atelier est équipé de nouvelles machines qui lui permettent de répondre à des demandes très variées, de la carte de visite à la bâche de camion, en passant par la broderie. Et côté sécurité, l'imprimeur n'a pas lésiné. Il a fait installer un second escalier et pas moins de 24 caméras de surveillance. L'imprimerie compte désormais 10 salariés, soit le double par rapport à début 2015. 

Mais si l'imprimeur a reçu des aides et des dédommagements, il a tout de même dû contracté un emprunt. Et l'imprimeur a fait les comptes : il doit presque doubler son chiffre d'affaires initial qui était de 600 000 euros pour rentrer dans ses frais. Avec le courage et la force dont il a fait preuve depuis des mois et le soutien de nombreuses personnalités comme le photographe Titouan Lamazou, pas de doutes qu'il réussisse.

Plus d'articles sur les chaînes :

Seine-et-Marne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...