Combien de Français utilisent les bloqueurs de publicité ?

L'utilisation des bloqueurs de publicité (adblocks) a augmenté de 20 % en France depuis janvier 2016.

L'utilisation des bloqueurs de publicité ne cesse d'augmenter. Selon une récente étude Ipsos, elle est en progression de 20 % depuis le début de l'année et concerne aujourd'hui 36 % des internautes français.

Plus d’un tiers des internautes français bloquent la publicité

Selon une étude Ipsos pour l’IAB publiée en novembre, 36 % des internautes français sont aujourd’hui équipés d’un bloqueur de publicité. Cela représente une progression de 20 % depuis janvier 2016.

L’étude précise que le phénomène est particulièrement présent chez les jeunes hommes, mais qu’il touche l’ensemble de la population.

Pour quels équipements ?

Les ordinateurs portables sont les premiers appareils équipés (70 %), devant les ordinateurs fixes (53 %), les téléphones portables (13 %), et les tablettes (12 %).

Autre conclusion de l’étude, le multi-équipement reste faible. 68 % ont un appareil équipé, 21 % deux appareils, 6 % trois appareils, et 5 % quatre appareils.

Ce que demandent les internautes ?

L’utilisation d’un adblock trouve toujours son origine dans l’agacement ressenti face au déferlement de publicités sur le web.

Les internautes souhaiteraient dans l’ordre des priorités : moins de répétition des mêmes publicités (50 %), moins d’encombrement (40 %), une meilleure contextualisation (37 %) et plus d’originalité (28 %).

La contrainte, la meilleure arme contre les adblocks

Si d’après l’étude, les campagnes de sensibilisation ont fait progresser la désactivation des adblocks, la contrainte reste le remède le plus efficace. Ainsi 84 % avouent désactiver les adblocks sous la contrainte (pour accéder à des sites qui bloquent l’accès si on refuse les publicités).

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Etienne Louis - 29 Novembre 2016
Bonjour, si les pubs taient correctement plac, pas de problme, mais la plus part du temps elles empchent une lecture correcte, ce que les graphistes ont du mal comprendre et admettre.
Ajouter un commentaire...