Micmac à VG Goossens, mais qui dirigeait vraiment l'imprimerie ?

Les ex-salariés de l'imprimerie d'emballages VG Goossens, liquidée en 2013, sont aux Prud'hommes pour obtenir une indemnisation de la part du groupe belge Van Genechten suite à la fermeture du site.

C’est une situation rocambolesque aux conséquences dramatiques pour les ex-salariés de l’imprimerie d’emballages VG Goossens, située à Marcq-en-Barœul dans les Hauts-de-France (59). Trois ans après la fermeture du site, la question de savoir qui dirigeait réellement l’imprimerie n’a pas encore été résolue.

VG Goossens était-elle dirigée par la société belge Van Genechten ou était-elle une société autonome faisant partie du groupe ? La réponse à cette question déterminera l’indemnisation (ou non) des 113 anciens salariés de l’entreprise, explique le quotidien La Voix du Nord qui a pu suivre le procès.

Pour les salariés et leur avocat, l’imprimerie était bien dirigée par Van Genechten qui doit se charger du coût des indemnités de licenciement, précise le quotidien. Jusqu’ici, les salariés n’ont obtenu aucune indemnité de la part du groupe belge. Pour Van Genechten en revanche, VG Goossens fonctionnait comme une société autonome au sein du groupe international. Les Prud’hommes trancheront le 19 avril.

Filiale du groupe belge Van Genechten Packaging, cette unité de production était spécialisée dans l’impression d’étuis en carton pour l’agroalimentaire notamment. Placée en redressement judiciaire en janvier 2013 après la perte du client Nestlé, la société n’a pas trouvé au sein du groupe Van Genechten les ressorts nécessaires pour assurer sa pérennité.

A l’époque de la fermeture du site, les syndicats avaient indiqué que l’ouverture d’une activité du groupe Van Genechten en Europe de l’Est n’était pas étrangère à ses difficultés.

En France, Van Genechten Packaging est aujourd’hui établi sur deux sites, à Meyzieux (69) et à Angoulême (16).

Plus d'articles sur les chaînes :

Nord
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...