Le texte de ce livre de Fahrenheit 451 ne se dévoile qu'à la chaleur

Trois nantais ont créé un prototype d'une édition spéciale de ce roman de Ray Bradbury qui joue sur le fond et la forme du livre.

Le
© Lucas Meyer - Super Terrain

Le collectif de graphistes nantais Super Terrain a imaginé une version très originale du célèbre livre de science-fiction Fahrenheit 451 de l'écrivain américain Ray Bradbury. Pour lire les pages de l'ouvrage, il faut d'abord les brûler, ou plus exactement les exposer à une source de chaleur. 

Fondé en 2014, Super Terrain est un collectif de trois graphistes issues de l'École européenne supérieure d'art de Bretagne, Quentin Bodin, Luc de Fouquet et Lucas Meyer. Le trio travaille principalement avec les milieux culturel, artistique, associatif et éducatif et base son travail sur l'exploration des questions liées aux formes éditoriales et à l'objet imprimé.

Un jeu sur le fond et la forme

Avec ce livre atypique, les trois graphistes jouent sur le fond et la forme. Publié en 1953, Fahrenheit 451 décrit une société totalitaire où les livres sont formellement interdits et brûlés. Le titre fait référence à la température, exprimée en degrés Fahrenheit, à laquelle le papier peut s'enflammer spontanément, ce qui équivaut à environ 233 degrés Celsius.

"L'idée était de prendre le contre-pied de l'histoire. Là, il faut brûler le livre pour le lire", nous explique Quentin Bodin.

Des aplats sérigraphiques à l'encre thermosensible

Ce projet, qui a démarré il y a environ un an, est maintenant au stade du prototype. Un seul exemplaire existe, au format livre de poche 11 x 18 cm.

"Nous avons imprimé les pages par impression laser, puis nous avons fait des aplats noirs à l'encre thermosensible en recto verso et sur toutes les pages dans notre atelier de sérigraphie" décrit Quentin Bodin. La reliure a été confiée à une entreprise locale.


Les pigments de l'encre spéciale réagissent à la chaleur supérieure ou égale à 25°C, en devenant transparents. L'encre redevient opaque dès que la température repasse sous les 25°C.

Le trio de graphistes cherche maintenant un imprimeur capable de réaliser ce livre très particulière. Le tirage dépendra du coût de fabrication. Aucune date de sortie n'a encore été déterminée.

Le graphiste précise : "C'est évident que c'est un livre compliqué à lire... C'est plutôt un livre d'artiste, un objet que l'on collectionne et est intéressant par son concept."

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO