Le SNE réplique aux allégations de WWF France contre l'édition jeunesse

Pascal Lenoir, président de la commission Environnement et Fabrication du SNE, revient sur chaque point soulevé par l'organisation environnementale.

Le

"Non ce n'est pas la jungle !" répond le Syndicat national de l'édition (SNE). Les conclusions du rapport de WWF intitulé Les livres de la jungle : l'édition Jeunesse française abîme-t-elle les forêts ? qui met à mal les pratiques des éditeurs français de livres jeunesse sont biaisées selon le syndicat.

"Contrairement à ce que peut laisser entendre le titre, WWF France reconnaît qu’aucun d’entre eux n’imprime ses ouvrages sur du papier issu de la déforestation tropicale", répond Pascal Lenoir, président de la commission Environnement et Fabrication du SNE.

Il explique : "Dans le rapport page 84, il est bien dit que le livre pour la jeunesse ne contribue en aucune manière à abîmer les forêts : '(…) les papiers graphiques analysés par cette étude semblent exempts de liens directs avec la déforestation (...)'. Ensuite il est dit que oui, ils peuvent provenir de plantations industrielles faisant suite à une déforestation il y a plus de 30 ans."

WWF France pointe également du doigt quatre manquements aux mentions légales observés sur des  imagiers, des livres pop-up et des livres animés. Or seul une de ces quatre mentions est obligatoire !

WWF France relève que 57 % des titres ne répondent pas à l'obligation légale d'indiquer le nom de l'imprimeur. Là-dessus, Pascal Lenoir admet : "C'est vrai que nous avons des progrès à faire à ce niveau-là et nous progressons dessus tous les jours."

Pour le reste, bien que les mentions ne sont pas obligatoires, le SNE remet les points sur les i.

Alors que WWF affirme que pour plus de 90 % des titres l'incitation au recyclage est absente, l'éditeur retorque : "Dans la loi dans l'arrêt de la responsabilité élargie du producteur, le livre n'est pas considéré comme un déchet. Et dans la pratique française, nous ne jettons pas les livres. Nous les donnons, les revendons... Le livre jeunesse est donné à l'enfant qui vient après, aux amis qui viennent d'avoir un enfant…"

Concernant l'affirmation que pour plus de 90 % des titres, la qualité du papier et des encres est inconnue, le SNE réplique : "Ce sont les mêmes encres utilisées en Europe (il n'y a pas beaucoup de fabricants d'encres)."

Et si les imprimeurs sont dans 63 % des titres, soit inconnus soit sans certification ISO ou FSC, Pascal Lenoir corrige : "Aujourd'hui, nous sommes à 93 % certifiés FSC ou PEFC, mais les éditeurs ne le mentionnent pas systématiquement. Il est exact que nous pouvons encore faire des progrès cependant pour approcher les 100%." 

Et nous soulignons que WWF France ne prend en considération que le label FSC, label dont l'organisation environnementale est partie prenante (le vice-président du label FSC France, Jean Bakouma, est le directeur adjoint Production et consommation durables de WWF France).

"Ensuite, rappelons que la Chine est le seul endroit au monde, où l'on peut faire ces ouvrages-là. Ceux que l'on peut faire en Europe sont faits en Europe." Lire à ce sujet le témoignage d'une éditrice de livres pop up, Les éditions Les Grandes personnes : La Nuit du livre 2017 distingue 10 chaises, un livre pop-up de design.

Et Pascal Lenoir demande : "Vous préférez que vos enfants soient sur des tablettes et des iPhone - dont l'impact environnemental est très loin d'être neutre - plutôt que sur des livres pour enfant ?"


Reportage : Le SNE à WWF France

WWF France dézingue l'édition jeunesse française

Vos réactions
Ajouter un commentaire...

Blingbling Bling 20 Mars 2018
reponse désuete et révélatrice du manque d'engagement du sne à l'égard du début d'un éventuel engagement environnemental ....et des réponses de normand qui frisent l'hilarité ou l'irresponsabilité , en fonction des avis de chacun ; exemple : 57 % des éditions jeunesse sans références d'imprimeurs ?? pourquoi ?? par ce que l'on imprime en chine ou hors Europe, pour faire simplement plus d'argent , au détriment des imprimeurs locaux et d'emplois locaux ( merci le sne ...).Au détriment de l'environnement au vu des contraintes imposées à nos imprimeurs , et en dépit de l'engagement responsable de la plupart à l'égard de certifications couteuses .
Au détriment de forêt et de papetiers et d'emplois européens ( me Lenoir va t il vérifier les pseudos certifications chinoises ? )
Au détriment du bilan carbone catastrophique de ces livres
Au détriment de la santé de nos enfants qui vont toucher et ingurgiter de l'encre nocive ....merci le sne ...
egalement , 90% des titres sans incitation au recyclage , le seul argument est que le livre n'est pas un déchet ??? là aussi , argument hilarant ou révélateur de l'irresponsabilité environnementale du sne quand on ne trouve plus que des arguments de ce style ?? bien sur que le livre finit à la poubelle un jour ....et un simple logo recyclage ne mange pas de pain , encore faut il être sensibilisé et responsable , et le sne en est à des années lumieres visiblement , au vu des arguments présentés ;là où on frise la malhonnêteté intellectuelle , c'est à la question de manque d'infos quant à la provenance des encres et du papier ds 90% des titres : reponse du sne : ce sont les mêmes encres en europe ; ahh bon , Mr Lenoir , les imprimeurs français utilisent les mêmes encres qu'en Chine ???? l'opacité de votre réponse est révélatrice du désengagement total du sne à l'égard de politiques environnementales nécessaires à notre planète , mais aussi à nos emplois !!! le jour où vous saurez identifier tous les intrants à l'impression d'un livre en Chine , ceux ci seront moins concurrentiels !!
Egalement , pourrait on verifier si 93% dez éditeurs français sont certifiés ?? car si on est certifié sans le mentionner , il est certain que l'on s'enfiche un peu , non ???
un point de malveillance de plus au sein de la reponse du sne , celui de la certification FSC ... il est possible qu'un membre de WWF soit partie prenante au sein de la certification FSC , cela dit , tout le monde sait que seul le FSC est veritablement contraignant , donc utile à l'environnement , le pefc étant trop laxiste ;
ahh oui , le fond de l'amateurisme est atteint quand on affirme que les livres imprimés en Chine le sont , car les chinois sont les seuls à pouvoir les imprimer : le sne est il sûr qu'aucuns imprimeurs français ou européen ne saurait imprimer une partie des livres imprimés en Chine ? et si au posait la question aux imprimeurs ???et la derniere affirmation est là aussi biaisée , car ce que le sne affirme :"""" Vous préférez que vos enfants soient sur des tablettes et des iPhone - dont l'impact environnemental est très loin d'être neutre - plutôt que sur des livres pour enfant ?" ... ... livres pour enfants imprimés en Chine Mr Lenoir ?la question n'etait pas la difference entre les smartphones et le livre , la question est votre manque d'engagement environnemental , et votre manque d'engagement à protéger les imprimeurs français ;

Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO