Orséry installe sa huitième presse numérique d'impression de livres en point de vente

Lancé en 2013, le concept d'impression de livres à la demande et en point de vente se développe peu à peu. En deux ans, la société a installé huit de ses machines en France.

Le
Presse numérique Ricoh Pro C7100X dédiée à l'impression de livres en point de vente (Orséry)

Le 27 mars dernier, la société française Orséry installait dans le centre E.Leclerc Saint Parres aux Tertres à Troyes sa huitième machine d’impression de livres à la demande et en point de vente.

Les presses d’Orséry permettent aux libraires ou aux particuliers - si la machine est en libre-service - d’assurer eux-mêmes l’impression d’ouvrages en petite série.

Créé en 2013, le concept prend peu à peu. En novembre 2016, la société lançait sa première machine dans un magasin Cultura. Aujourd’hui, deux librairies indépendantes et plusieurs hypermarchés E.Leclerc en sont équipés.

Une presse numérique et deux formules d’impression

Le principe d’Orséry est simple. Il s’agit d’un système d’impression à la demande qui propose deux "formules" : l’impression d’un ouvrage via un catalogue d’éditeurs et l’auto-impression.

"Si l’ouvrage est dans le catalogue, on peut l’imprimer devant soi en dix minutes", explique Anne-Sophie Dallies, directrice marketing chez Orséry.

La machine est équipée d’un poste client et d’une interface via laquelle l’utilisateur peut consulter le catalogue d’ouvrages éditeur. On trouve notamment dans ce catalogue près de 600 livres traduits en caractères dyslexiques ainsi que des livres traduits en caractère agrandis pour les personnes ayant des difficultés de lecture.

Petit plus par rapport aux livres imprimés de manière traditionnelle : le client a la possibilité de personnaliser l’ouvrage en insérant dans la page de garde une carte sur la thématique de son choix (fête des mères, nouvelle année, etc.).

À la fin du processus d’impression, qui dure entre 5 et 10 minutes, le livre sort en dos carré collé noir et blanc ou couleur, au prix éditeur.

"Nous travaillons sur du papier 90 gr. avec une couverture cartonnée souple", précise Anne-Sophie Dallies. Pour développer son concept, Orséry a signé un partenariat avec Ricoh sur des presses numériques Ricoh Pro C7100X.

Et puis il y a le système d’auto-impression. Le client arrive avec son fichier Word ou PDF et peut imprimer ce que bon lui semble : un mémoire d’étudiant, un livre de recettes, une autobiographie, un livre de photos, etc. La formule est destinée autant aux particuliers qu’aux étudiants ou aux professionnels.

"C’est un système très flexible qui permet d’imprimer au nombre juste. Le tarif est le même pour 1 exemplaire ou pour 100. Lorsque vous avez imprimé votre livre, vous le retrouvez sur l’interface, vous pouvez donc faire des modifications, par exemple sur un seul paragraphe, et réimprimer le nombre précis d’exemplaires dont vous avez besoin."

À titre d’exemple, un organisme de formation a utilisé la machine afin d’imprimer des exemplaires différents pour les hommes et les femmes.

En octobre dernier, Orséry présentait sa machine à la foire du livre de Francfort. Le concept a suscité l’intérêt des éditeurs, mais aussi de certains imprimeurs pour les petites séries.

Cependant, le modèle économique de la société repose pour l’instant uniquement sur l’impression de livres en points de vente, souligne Anne-Sophie Dallies. L’entreprise vise également un développement à l’international.

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO