Les imprimeurs et distributeurs, cibles d'attaques contre la liberté de la presse

Dans l'atteinte à la liberté de la presse à travers le monde, les imprimeurs aussi sont pris pour cible, explique le dernier rapport de Reporters sans frontières.

Reporters sans frontières (RSF) a publié lundi 23 septembre son dernier rapport d’enquête, « Ces journaux qui n’arrivent jamais », à l’occasion du congrès annuel de Distripress qui a réuni à Berlin éditeurs et distributeurs de presse du monde entier.

Quand on ne peut empêcher une enquête, on bloque sa distribution

Dans ce rapport, RSF révèle comment des États, leurs institutions ou de puissants oligarques ou groupes privés entravent la distribution de la presse. Quand on ne peut museler un journaliste ou empêcher une enquête, l’information peut être bloquée au moment de sa distribution, explique RSF.

Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, déclare :

« Ils sont rarement cités et nommés dans un journal. Ils sont dans l’angle mort du circuit de l’information. Pourtant, imprimeurs, distributeurs et vendeurs de journaux sont des maillons essentiels de la liberté de la presse »

22 % des cas d’entrave à la distribution se produisent entre l’imprimerie et le point de vente

L’étude qui a été menée dans plus de 90 pays précise que 41 % des atteintes à la distribution se produisent au moment de la vente (saisies par la police, incendies, menaces…).

Mais le transport et la distribution de la presse sont également des phases cruciales. Plus de 22 % des cas d’atteinte à la libre distribution se produisent pendant l’acheminement des journaux entre l’imprimerie et le point de vente, d’après l’étude menée par RSF. 

Ce sont parfois les militaires ou les forces de l’ordre qui sont mobilisés pour arrêter les camions de journaux, précise l’organisation. RSF évoque également des cas ou les journaux ne sont tout simplement pas imprimés si une enquête dérange.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...