La transition numérique amène éditeurs et diffuseurs à de grandes restructurations

Pour affronter la transition numérique, les groupes de presse s'organisent.

Le contexte : chiffres et tendances du marché français du périodique

La production française du périodique a continué à diminuer en 2018, d’après les chiffres issus du rapport annuel de l’Idep « Regards sur les marchés de la communication graphique » publié en novembre 2019.

Concurrence numérique, réduction du temps de lecture disponible, baisse du budget des annonceurs qui reportent sur le digital… les causes sont multiples, souligne l’Institut. Pour compenser les pertes de revenus, les éditeurs rognent sur les dépenses, notamment en baissant les grammages, les tirages, et la pagination.

En ce qui concerne les échanges commerciaux avec les autres pays, les importations ont augmenté de 0,7 % en 2018 par rapport à 2017, et les exportations ont chuté de 22,4 %.

Selon les données de l’Idep, les importations satisfont environ 16 % de la demande intérieure (chiffre stable) et proviennent principalement d’Allemagne, de Belgique, d’Italie et d’Espagne.

2018, une année particulièrement difficile pour la presse magazine

Avec une diffusion France payée en baisse de 6 % et des investissements publicitaires en baisse de 9 %, l’année 2018 a été particulièrement difficile pour la presse magazine, souligne l’Idep. Si toutes les catégories de magazines sont affectées par la baisse de leur diffusion, les catégories des news et des féminins sont les plus touchées.

D’un autre côté, la fréquentation des versions numériques des magazines augmente, traduisant une accélération de la transition numérique. Une situation qui amène éditeurs et diffuseurs à mener de grandes restructurations.

Des restructurations chez les éditeurs et diffuseurs

Les groupes de presse ne parlent plus de « presse magazine », mais de « marque média », explique l’Idep. On diversifie un titre de presse autour de la marque média dans laquelle le print n’est plus la pierre angulaire. Les groupes de presse doivent désormais s’imposer sur tous les supports, ce qui implique également pour les pure players (présents uniquement sur internet) d’investir parfois dans le papier…

Quant à la diffusion, la loi relative à la modernisation de la distribution de la presse a été adoptée début octobre et publiée au Journal officiel. Elle prévoit d’ouvrir le secteur de la distribution de la presse à de nouveaux acteurs au plus tard le 1er janvier 2023.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...