L'Imprimerie Coopérative des Sucs continue à se développer et à investir

L'activité a été maintenue durant le confinement et l'imprimerie poursuit sa stratégie d'investissement avec l'acquisition de trois nouvelles machines pour son site de Saint-Romain-la-Motte.

L'Imprimerie Coopérative des Sucs (ICS) se porte plutôt bien malgré la crise sanitaire. L'entreprise est aujourd'hui à environ 80 % de son activité par rapport à l'année dernière ce qui est plutôt positif compte tenu du contexte, confie le PDG de l'entreprise Jean-Marc Marzona.

L'activité a été maintenue et l'imprimerie poursuit sa stratégie d'investissement avec l'acquisition de trois nouvelles machines pour son site de Saint-Romain-la-Motte, en Auvergne-Rhône-Alpes, rachetée en novembre 2019 (lire La scop ICS rachète une autre imprimerie)

« Nous modernisons le parc machine comme nous l'avions prévu lors du rachat. L'imprimerie accueillera d'ici le mois de septembre une assembleuse piqueuse Stitchliner, une raineuse Horizon, et une presse numérique Xerox Iridesse 4 couleurs, or, argent, et vernis », explique Jean-Marc Marzona.

Par ailleurs, ICS continue à étudier d'autres possibilités de croissance externe et recherche un commercial sur le site d'Yssingeaux en Haute-Loire où est implantée l'Imprimerie Coopérative des Sucs.

Autre nouveauté, l'imprimeur vient de mettre en place un vernis antimicrobien de la marque Epple. « Nous proposons à nos clients le vernis antimicrobien au prix coutant. En tant que scop et faisant partie de l'ESS (économie sociale et solidaire), il nous est apparu évidant de contribuer dans la mesure de nos possibilités à la santé de la population, et ce dans l'intérêt général », souligne le PDG.

La scop, un pari gagnant pour ICS

C'est en 2016 que l'imprimerie Phil'Print, placée en liquidation judiciaire, était reprise en scop (Société coopérative de production) par une partie des anciens salariés.

Quatre ans après, le modèle coopératif porte ses fruits. ICS n'a pas fermé durant le confinement mais utilise le chômage partiel, tout en assurant le complément de salaire afin qu'il n'y ait pas de perte de salaire au sein de l'équipe.

Pour Jean-Marc Marzona, l'avantage de la scop se ressent surtout à travers la dynamique de l'ensemble de l'équipe. Dans une scop, les salariés sont associés majoritaires. Lorsque la société fait du résultat, ce résultat est partageable.

Sur les deux sites, l'imprimeur compte 42 personnes et totalise un chiffre d'affaires de 4,2 millions en 2019, avec un prévisionnel de 4,5 millions cette année.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...