A l’imprimerie Bleue comme une Orange (67), la qualité est une évidence

L’imprimerie Bleue Comme une Orange à Hochfelden, qui vient de renouveler ses certifications, a de multiples atouts.

Avec Christophe Isenmann, dirigeant de l’imprimerie Bleue comme une Orange

Pouvez-vous me citer une caractéristique de votre imprimerie dont vous êtes particulièrement fier ?

Christophe Isenmann (BCO) - La parité hommes-femmes. Chez nous c’est une évidence au point que nous allons beaucoup plus loin : nous veillons également à ce qu’à travail égal, les salariés reçoivent le même salaire…ce qui évite tout malaise sur ce sujet. Par ailleurs le salaire chez nous est plutôt élevé pour la profession, et la mutuelle est gratuite pour le personnel.

gh559_rfectoire_400

Nos salariés bénéficient également d’une salle de repos - ils peuvent dormir entre midi et deux s’ils le souhaitent – et d’un coin repas convivial, avec une table à l’extérieur et un barbecue pour les jours de beau temps. Les pauses sont ainsi l’occasion de se détendre, et tout le monde chez nous bénéficie du même standing du point de vue de la décoration, du cadre de travail et des infrastructures.

C’est le cas également en ce qui concerne les conditions de travail : pour les bureaux, chacun a été sollicité non seulement sur l’aménagement de son bureau à proprement parlé mais également sur la disposition des meubles, l’orientation par rapport à la fenêtre, et dans une certaine mesure la décoration (couleurs…). Le tout avec la supervision d’un architecte pour ne pas perdre de vue les besoins implicites de nos salariés…

N’est-ce pas un peu risqué ? je m’explique : et si le choix d’un salarié s’avère à l’usage peu ergonomique ?

CI - C’est prévu : les branchements ont été pensés de façon à pouvoir modifier la disposition des équipements.

Je reviens sur vos certifications : vous êtes donc recertifiés depuis quinze jours OHSAS 18001, ISO 9001, ISO 14001, et même RS 8001 ! comment avez-vous fait ? vous n’êtes que neuf…

CI - C’était une nécessité pour nous, car nos clients ont des exigences très spécifiques. Ainsi, les étuis que nous fabriquons doivent être parfaitement calibrés selon les spécifications de nos clients, pour passer sur leurs chaines d’emballage…

Jusqu’à ce que nous soyons certifiés, il nous fallait être audités très régulièrement par nos clients, qui nous faisaient confiance mais avaient l’obligation de prouver que nous étions qualifiés…les certifications que nous avons passées ont allégé ces contraintes…et elles nous ont fait gagner un temps considérable, car nous avons notablement allégé nos procédures.

Comment donc ? expliquez-moi comment des contraintes supplémentaires ont pu générer un gain de temps chez vous…

CI - C’est simple : nous avons entièrement revu nos processus, et nous avons ainsi pu en éliminer tout ce qui « polluait » notre activité : les doublons dans les transmissions d’informations, les contrôles non enregistrés qui obligent à revérifier plusieurs fois un travail…ce sont de petites choses, mais nous sommes peu de salariés et le niveau d’exigence de nos clients étant très élevé, nous n’avons pas le droit à l’erreur…le plus simple est donc de produire d’emblée un travail conforme !

Notre pilotage qualité est également soutenu par GQC, qui nous aide du point de vue de l’infrastructure qualité. Ainsi, avec seulement neuf personnes, douze avec les apprentis, nous répondons à toutes les exigences de nos clients, même les plus pointus.

Et il faut avouer que le résultat est bluffant : nos clients séduits par la concurrence pour des raisons de prix reviennent généralement vers nous après une expérience malheureuse..

En clair, vous faites mieux que vos concurrents ?

CI - Ce n’est pas exactement cela. Nous sommes de vrais spécialistes du packaging, et nous sommes conformes aux exigences de nos clients, en particulier dans l’industrie pharmaceutique : par exemple, nos étuis s’adaptent parfaitement aux chaines de conditionnement à haute vitesse de nos clients. Les boîtes n’explosent pas, sont bien calibrées, et elles ne s’ouvrent pas à la première pression. Des imprimeurs n’ayant pas d’expérience dans le packaging ne peuvent pas parvenir au même résultat.

Plus d'articles sur les chaînes :

Bas-Rhin
Réagir à cet article :
Fred Haettel - 29 Juillet 2015
.
Ajouter un commentaire...