Mécénat : les pratiques du CAC 40

Selon Admical, les entreprises du CAC 40 ont consacré en moyenne 18,5 M€ en 2013 à des actions de mécénat, soit environ 0,06 % de leur chiffre d’affaires (vs 0,04 % en 2012). Elles établissent toutes un lien, plus ou moins fort, entre leur politique de mécénat et leur politique de RSE.

Dans le cadre de sa mission d’observatoire du mécénat, Admical a réalisé un panorama complet des politiques de mécénat des entreprises du CAC 40 afin d’en repérer les principales tendances (domaines et périmètre d’action, modes de gestion, budgets, modes d’intervention, communication, rattachement organisationnel, proximité avec la politique RSE, proximité avec le métier de l’entreprise) et de comparer les caractéristiques de fonctionnement et de gouvernance des structures dédiées au mécénat au sein de ces grands groupes.

Pour l’année 2013, il est intéressant de noter que les groupes du CAC 40 multiplient les champs d’intervention : ils soutiennent en moyenne 5,2 domaines contre 2,1 pour les entreprises de 200 salariés et plus, chiffre qui était de 4,6 en 2012.

Le domaine le plus investi est le social, ex-aequo avec la solidarité internationale (89 %). Ce sont majoritairement des actions de mécénat à l’international.

Dans 86 % des cas, la politique de mécénat est définie au niveau de la société mère et mise en oeuvre par les filiales au niveau local. Les groupes ayant publié cette information ont consacré en moyenne 18,5 M€ à des actions de mécénat, soit environ 0,06 % de leur chiffre d’affaires (0,04 % en 2012).

L’ensemble pratique le mécénat financier, 74 % font des dons en nature et 71 % du mécénat de compétences (mise à disposition de salariés sur leur temps de travail). Les entreprises du CAC 40 encouragent par ailleurs vivement leurs collaborateurs à faire du bénévolat (82 %), à parrainer des projets (67 %), voire à s’impliquer dans des actions de volontariat ou des missions de solidarité (52 %).

En termes d’organisation, les équipes mécénat sont en général rattachées à la présidence ou à la direction générale (52 %), à la direction de la communication (48 %) ou à la direction du développement durable (48 %).

Dans plus des deux tiers des cas, les entreprises gèrent leur politique de mécénat en régie directe et à travers une ou plusieurs structures dédiées. Cette multiplication des modes de gestion s’explique par la diversité des axes d’intervention et par la gestion plus ou moins autonome du mécénat par les filiales. Parmi les structures dédiées, la fondation d’entreprise reste l’outil de gestion privilégié par 71 % de ceux agissant en régie indirecte.

Les soutiens aux projets de longue durée sont privilégiés par 86 % des entreprises. Enfin, les outils de communication tels le site internet institutionnel, le rapport annuel et le rapport de développement durable sont les outils les plus fréquemment utilisés afin de permettre d’informer le public, les salariés et les parties prenantes de la politique de mécénat menée. Il est à noter que les entreprises répondantes établissent toutes un lien, plus ou moins fort, entre leur politique de mécénat et leur politique de RSE.


Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...