Google donne 16 millions d'euros à la presse française

Pour la deuxième année, les titres de presse ont pu profiter de leur accord durement obtenu avec le géant de la Silicon Valley afin de développer des projets digitaux.

En 2013, les éditeurs de presse français étaient montés au créneau contre Google, l'accusant de profiter de leurs contenus journalistiques, notamment avec Google News.

Après d'âpres discussions, le géant américain avait alors consenti de réserver, pendant trois ans, une enveloppe annuelle de 20 millions d'euros pour soutenir des projets numériques des titres de presse.

Le Fonds pour l'innovation numérique de la presse (FINP), responsable de cette enveloppe, vient de publier le détail de son deuxième bilan.

Pour cette deuxième année de fonctionnement, 44 dossiers ont ainsi été déposés, soit six de plus qu'en 2013 et sur ces 44 dossiers, 30 ont été approuvés par le conseil d'administration du fonds (contre 23 en 2013).

Comme l'année précédente, la totalité de l'enveloppe de 20 millions d'euros n'a pas été distribuée, "le conseil d'administration ayant respecté de fermes critères de sélection pour retenir des projets susceptibles d'apporter un relais de croissance et accompagner les médias dans la transformation de leur modèle" explique le fonds.

En 2014, ce sont 16,1 millions d'euros qui ont été distribué pour soutenir des projets numériques conduits par des éditeurs de la presse d'information politique et générale.

Chaque projet est financé à 60 % maximum par Google et le reste par les éditeurs. Cela explique les écarts entre les montants donnés entre les acteurs de taille importante et les plus petits.

Quels types de presse ont vu leurs projets retenus ?

Les pure players (7 projets), la presse quotidienne régionale (5 projets), la presse nationale et les hebdomadaires spécialisés (4 projets chacun) arrivent en tête du nombre de dossiers retenus.

Certains titres d'une même famille de presse ont déposé et obtenu des financements pour plusieurs dossiers.

Pour quel type de projet ?

Sept projets concernent ainsi la création de zone abonnés, de paywall et d'offres de contenus premium qu'il s'agisse de produits destinés au grand public ou aux entreprises.

La data qui permet de qualifier les audiences et le développement de la vidéo sont les deux autres enjeux qui sont ressortis des projets.

La photo, le data journalisme et les déclinaisons internationales avec des éditions à destination de l'Afrique ou de la Chine font partie des nouveautés qui ont obtenu le soutien du FINP en 2014.

Les trois projets à recevoir le plus de fonds 

2 000 000 euros pour le projet Solutions des Échos : le but est de créer "une plateforme nationale de service pour les entreprises permettant de consulter ou déposer des annonces légales, d'accéder aux informations sur les cessions ou reprises d'entreprises et aux offres de marchés publics".

1 735 000 euros pour Data 2014 du Figaro : ce projet doit "récolter, stocker, traiter et activer les données utilisateurs".

1 369 000 euros pour Digital newsmag 360 du Point : ce projet doit mettre en place "un hebdomadaire augmenté très haut de gamme pour défricher des nouveaux formats".

(Graphiques du FINP)

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...