Hommage : Et Frutiger crée Frutiger

La police Frutiger présentée par la fonderie Linotype.

Le typographe suisse Adrian Frutiger, mort le 10 septembre 2015 à 87 ans, a créé les polices de caractères parmi les plus célèbres au monde.

En 1968, Adrian Frutiger est chargé de développer un système de signalétique pour le nouvel aéroport Charles de Gaulle à Paris. S'inspirant d'Univers, il dessine une police sans empattement baptisée Roissy, conçue pour que chaque caractère soit lisible rapidement et facilement. 

Il la décline ensuite en version texte et crée Frutiger, police rachetée par la fonderie Linotype.
La famille Frutiger est lisible dans les petits comme dans les grands corps. Cette qualité lui a permis d'être aussi parfaite pour l'affichage que pour les magazines et les brochures. Elle est utilisée, par exemple dans la maquette du Monde, dans le logo de Flickr ou sur la couverture des passeports suisses édités en 2010.
Frutiger est devenue un classique du sans serif.

Présentation de Frutiger par la fonderie Linotype.

"L’expérience de la signalisation des aéroports de Paris et du métro parisien m'apprit que les lois de la lisibilité étaient toujours les mêmes, du plus petit au plus grand corps, le secret résidant dans la juste valeur des blancs dans les lettres et du blanc entre les lettres," explique le créateur (*). 

Ce caractère est aussi adopté pour la signalétique touristique des autoroutes françaises et sa variante, Astra Frutiger, est utilisée pour les signalisations routières suisses depuis 2002.

Astra Frutiger, variante condensée de Frutiger, sur un panneau routier près de Lugano en Suisse en 2011 (crédit photo : Parinig via Wikimedia Commons)

Adrian Frutiger accorde également une grande place à l'enseignement de l'art de la typographie. Il donne des cours de nombreuses années à Paris, à l'École Estienne et à l'École nationale supérieure des Arts décoratifs. Et il publie en 1978, le fruit de son enseignement sous le titre Des signes et des hommes (édité en français en 1983 par Éd. Delta et Spes), lu par des générations d’étudiants du monde entier.

"Tout au long de ma vie professionnelle, je fus conduit à comprendre que la beauté, la lisibilité et, dans une certaine mesure, la banalité sont des notions très proches : la bonne lettre est celle qui s'efface devant le lecteur pour devenir pur véhicule entre l'esprit et l’écrit, et sert simplement la compréhension de la chose lue." (*)

(*) Extrait de Adrian Frutiger. Son œuvre typographique et ses écrits (Éd. Maison du livre, de l'image et du son, 1994)

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Le typographe Frutiger

Hommage : Le typographe Frutiger et la création de l'Univers