Pour l'imprimerie Connivence, le Led UV offre un résultat bluffant

L'imprimerie Connivence, située à côté d'Angers, a fait récemment l'acquisition d'une presse 8 poses 4 couleurs Ryobi 924 LED UV. Son PDG, Dominique de Mijolla, nous fait part de son enthousiasme vis-à-vis de cette nouvelle technologie à séchage immédiat.

Vous avez fait l’acquisition en août dernier d’une presse Ryobi à séchage immédiat avec la technologie LED UV, cette technologie est encore très peu utilisée en France, pourquoi ce choix ?

Dominique de Mijolla - C’est venu d’une réflexion simple. Nous utilisions une presse huit couleurs en demi-format, 52-74, et nous voulions, tout en gardant cette surface d’impression, imprimer des 16 pages, ce qui est possible avec le format de la Ryobi. Le papier étant sec à la sortie, nous pouvons le basculer sans attendre.

Quels sont les autres avantages que vous apporte le Led UV ?

DDM - La machine est arrivée le 17 août. Elle a été mise en production au début du mois, donc nous avons maintenant un recul d’un mois concernant son utilisation ; et c’est vraiment bluffant ; lorsque vous prenez votre feuille en sortie de réception, il n’y a pas de poisseux, elle est complètement sèche.

J’ai également pris l'option du calage full-automatique. C’est un système assez surprenant qui permet de caler 4 plaques en une minute et demie, ce qui est hyper rapide. 

L’encre spécifique à la technologie Led UV est plus chère qu’une encre offset traditionnelle, cela ne vous a pas freiné ? 

DDM - La somme des avantages ; c’est-à-dire le fait de ne pas avoir de problèmes de séchage, de pouvoir imprimer sur des supports autres que des supports papier, la rapidité du calage ; font qu’effectivement j’accepte d’avoir une encre qui ait un coût plus élevé que l’encre offset traditionnelle. 

J’ai toujours une presse traditionnelle qui imprime avec un groupe de vernis, mais avec cette technologie, on n'a plus besoin de vernis. Et ça présente pas mal d’avantages, particulièrement sur les supports de création, les supports qui ont du mal à sécher traditionnellement. On peut conserver leur aspect intrinsèque sans être obligés de mettre un vernis dessus. Comme l’encre sèche instantanément, on va avoir beaucoup d’intensité au niveau des couleurs.

Comment s’est passée l’installation ?

DDM - Tout s’est bien passé au niveau de la mise en place de la machine. Une formation a été faite auprès des conducteurs avec assez d’efficacité. Aujourd’hui, ils sont complètement autonomes.

Est-ce que vous pensez que le Led UV a de l’avenir en France ? 

DDM - Ça me semble une évidence. En terme de consommation électrique, on est sur un séchage qui consomme 3 kilowatts, alors qu’un séchage traditionnel consomme aux alentours de 50 kilowatts. C’est donc très économique, et j’imagine mal que dans la durée le phénomène puisse s’altérer. En effet, la longueur est définie par les LED et les photorécepteurs sont dans l’encre, donc la correspondance entre les deux n’a pas aucune raison de varier. Quand je parle aux conducteurs, la première chose qu’ils me disent aujourd’hui, c’est que c’est d’un confort absolu.

Plus d'articles sur les chaînes :

Maine-et-Loire
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

IMPRIMERIE PGR recrute