Bras de fer entre Munksjö et les salariés de la papeterie Rottersac (24)

© Munksjö

Le mouvement continue à se durcir sur le site Rottersac du groupe Munksjö. Aucun accord en vue entre la direction et les salariés grévistes de la papeterie.

La grève continue continue sur le site de la papeterie Rottersac à Lalinde (24). Après plus d’une semaine de grève, aucun accord n’a été trouvé entre les salariés et la direction.

En cause ; le licenciement pour faute grave de l’un des employés du site en raison d’un manquement aux règles de sécurité. Un licenciement jugé abusif par les autres salariés.

Selon eux, l’employé licencié n’aurait commis aucune faute. La CGT demande sa réintégration au sein de l’entreprise. De son côté, la direction a fait savoir dans un communiqué qu’il était inenvisageable qu’elle réponde favorablement à la revendication des grévistes.

Après 10 jours de grève, la situation semble bloquée et pourrait même avoir des conséquences sur l’avenir du site, qui a pourtant réalisé de récents investissements importants. En septembre dernier, la papeterie inaugurait un nouvel entrepôt de stockage d’une surface de 9 000 mètres carrés.

Selon un communiqué de la direction de Munksjö, le mouvement entrainerait des retards de livraisons et des ruptures de stock chez les clients qui pourraient être "dommageables pour l’avenir du site".

Les salariés, eux, sont bien déterminés à poursuivre l’action. La Filpac CGT dénonce "un climat social nauséabond qui s’est installé dans cette usine depuis plusieurs années".

Dirigée par Thierry Chassagne, la papeterie Rottersac (du groupe Munksjö) opère pour le marché des arts graphiques et des emballages avec la production d’emballages souples pour produits alimentaires et non alimentaires, de notes repositionnables, d’enveloppes à fenêtres et d’autres applications industrielles.

Plus d'articles sur les chaînes :

Dordogne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...