Le Moulin à papier de Brousses (11) fait vivre des techniques ancestrales de fabrication

Ouvert aux visites touristiques, le moulin fournit également du papier pour les lithographes, graveurs, calligraphes, typographes et autres milieux artistiques.

Le

Le Moulin à papier de Brousses est situé dans le département de l’Aude, à 20 minutes au nord de Carcassonne et au bord d’une rivière qui s’appelle la Dure.

Graphiline : Depuis quand le Moulin est-il en activité ?

André Durand, papetier au Moulin à papier de Brousses – "Dans le village de Brousses-et-Villaret, l’activité du papier a débuté en 1690. En 1845, il y a eu un inventaire où ont été recensés 7 Moulins à papier. À l’époque, sur toute la zone, 300 personnes travaillaient dans le papier.

Dans ma famille, je fais partie de la 7e génération à travailler au Moulin. Ma famille avait arrêté la fabrication du papier à la main en 1877 pour passer au papier machine jusqu’en 1981."

Pourquoi avoir arrêté la production ?

"Plusieurs décennies avant la fermeture du site en 1981, la machine à papier avait été transformée pour fabriquer du carton. Les petits ateliers ne pouvaient plus lutter contre les grosses papeteries, c’est pourquoi beaucoup d’entre nous s’étaient lancés dans le carton.

Il s’agissait du même système de machines mis à part que les feuilles se superposaient. Chez nous, ce carton allait de 3 à 60 feuilles superposées. Mais en 81, mon père a dû arrêter l’entreprise qui n’était plus rentable."

Comment avez-vous relancé la production de papier artisanal ?

"Dès la fermeture, j’ai eu l’idée de relancer le moulin à papier, mais il m’a fallu dix ans pour y arriver, à cause des travaux, des améliorations, aménagements, mises aux normes de sécurité, etc. Aujourd’hui, le Moulin est ouvert comme atelier de fabrication artisanal et site touristique de visites."

À quelle clientèle vous adressez-vous ?

"Le tourisme nous permet de faire connaître nos papiers, c’est le premier point. Nous vendons beaucoup de papiers pour les milieux artistiques : peintres, graveurs, calligraphes, lithographes, éditions d’art, etc. Nous proposons également tous type d’articles tels que des faire-part de naissance, mariage, invitations, cartes de vœux, cartes de visite...

Et puis nous travaillons avec des artistes sur des demandes particulières. Par exemple une plasticienne qui crée des robes en papier pour laquelle nous réalisons du papier à la demande. La production de papier se décline à l’infini."

Vous collaborez avec un typographe pour réaliser les articles d’imprimerie ?

"Au départ, nous avions un typographe au Moulin, mais il est parti à la retraite. Depuis, nous travaillons avec Roland Farges (Imprimerie Farges) qui s’apprête également à prendre sa retraite. Ce n’est pas facile de trouver un typographe aujourd’hui et le papier artisanal ne passe pas en offset. En revanche, il est adapté à l’impression numérique et au jet d’encre. Au Moulin nous avons pas mal de cases ainsi qu’une petite presse."

À partir de quel matériau fabriquez-vous la pâte à papier ?

"Notre papier de base est le papier chiffon : lin, chanvre, coton. Mais nous produisons du papier avec beaucoup de choses. Pendant près de 20 ans, nous avons fabriqué du papier à base de crottin d’éléphant, ce qui était facile à obtenir grâce à la réserve africaine de Sigean dans l’Aude.

Mais depuis 4 ans nous n’avons plus le droit de sortir du crottin d’éléphants ou de tout autre animal exotique par principe de précaution. Nous utilisons donc du crottin de cheval.

Nous faisons également du papier d’alfa, du papier de lavande, d’ortie, toutes sortes de végétaux. Pour un vigneron, nous allons faire du papier de rafle de raisin, pour une cave oléicole du papier avec des feuilles d’olivier, pour la fête du cassoulet du papier avec des pieds de haricots... les possibilités sont immenses."

Sur quelle machine travaillez-vous ?

"Nous utilisons une seule machine pour broyer le chiffon ou le crottin ou tout autre matériau végétal, il s’agit de la pile hollandaise inventée à la fin du 17e siècle, qui a remplacé les piles à maillet. Ensuite, toutes nos feuilles sont faites à la main une par une. Nous avons également une spécialité qui est la feuille géante, de 3m40 sur 2m20. Nous devons être 8 personnes pour sortir le tamis de l’eau..."

Sortie d'une feuille géante

Le Moulin à papier de Brousses est ouvert aux visites 363 jours par an.

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO