Après le papier, La Presse supprime des emplois

158 salariés sont licenciés.

La semaine dernière, le quotidien québécois La Presse annonçait la suppression du papier pour ses éditions en semaine au 1er janvier 2016, afin de se concentrer sur son application numérique La Presse+.

Et désormais ce sont des coupes dans le personnel qui sont à l'ordre du jour. 158 emplois, dont 102 emplois réguliers, seront supprimés d'ici 2016. 

"La décision de mettre fin à l'édition papier de La Presse en semaine en janvier et le changement de notre modèle d'affaires viennent inévitablement modifier nos besoins en main-d’œuvre", explique le président et éditeur de La Presse, Guy Crevier, dans ses colonnes.

À l'issue de cette réduction d'effectifs, La Presse comptera 633 salariés réguliers, soit l'effectif de 2011, année où le quotidien avait fait plusieurs embauches pour le développement de La Presse+, souligne Guy Crevier 

Les licenciements touchent 43 postes à la rédaction. Mais "malgré ces départs, La Presse disposera encore de la plus grande salle de nouvelles au Québec, avec 283 employés réguliers et temporaires, comparativement à 239 en 2011, affirme Guy Crevier. Elle demeure ainsi l'une des rares en Amérique du Nord à avoir connu une augmentation de ses effectifs au cours des cinq dernières années."

Les salariés sont, eux, sont le choc de cette annonce et les syndicats se disent très inquiets, indiquant que l'édition numérique est 40 % plus fournie que l'édition papier.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Les quotidiens qui abandonnent le papier

Joli pied de nez de la concurrence au journal qui arrête le papier

Un des principaux quotidiens canadiens abandonne le papier