Un ancien imprimeur ouvre un musée dans son atelier

L'entrée du musée de la typographie créé par l'ancien imprimeur Ronald Coëns

Pour sauvegarder son matériel typographique et transmettre sa passion aux nouvelles générations, Ronald Coëns a ouvert son propre musée de l'imprimerie.

Après une vie passée à travailler dans le secteur de l’imprimerie, Ronald Coëns voulait transmettre sa passion pour son métier et pour la typographie. C’est ainsi qu’il a décidé d’aménager son garage pour le transformer en petit musée de l’imprimerie.

"J’ai voulu faire un musée de l’imprimerie pour faire découvrir aux gens l’aspect mystérieux et magique de cette activité", explique-t-il. "Je compare souvent l’imprimerie à la dentelle, parce que lorsque vous visitez une usine de dentelle, vous découvrez des machines énormes, ça sent la graisse, et vous voyez sortir de la dentelle de machines comme ça. La typographie c’est pareil, les gens n’imaginent pas toute la complexité derrière la confection d’un imprimé".

Ronald Coëns dans son atelier.

Créer un musée, c’était aussi une façon pour Ronald Coëns de sauvegarder une partie de son matériel. "Au cours de ma carrière, j’ai vu énormément de gâchis, de matériel jeté". Après 6 mois de préparation, l’ex-imprimeur a pu ouvrir la première fois les portes de son garage lors des Journées du patrimoine. S’il lui reste encore à peaufiner le projet, il se dit prêt à accueillir les scolaires.

Dans son musée, Ronald Coëns dispose pour l’instant d’environ 200 casses de caractères, d’une presse typographique deux poses de la marque Presto, fabriquée à Roubaix, d’une petite presse à platine qui date de 1900 et de nombreux accessoires (vignettes, clichés typo, etc.). Dans quelques mois, il accueillera également une presse typographique Heidelberg de plus d’une tonne. "Lorsque j’ai commencé le métier, c’étaient les mêmes machines, elles sont infatigables".

Presse à platine typographique Heidelberg, 1960.

Ronald Coëns a commencé le métier tôt. À l’âge de 13 ans, il démarre sa formation dans une imprimerie située à Tournai, en Belgique. "À l’époque, il y avait de grosses imprimeries à Tournai. La formation durait 4 ans, et à la sortie, on avait tous un emploi", se souvient-il.

Presse à platine typographique, 1900.

Après être passé par plusieurs entreprises, il intègre l’imprimerie Baillard, à Calais. Il y travaille durant cinq ans comme employé, mais en 1985, la société ferme ses portes. Ronald Coëns décidé alors de sauver son emploi en reprenant l’imprimerie.

"Nous avons connu des époques où l’activité était assez importante. Par exemple, avant l’ouverture des frontières, il y avait énormément de documents douaniers. Nous avons aussi bénéficié de la création du tunnel sous la Manche."

Il restera à la tête de l’entreprise jusqu’en 2012. Aujourd’hui, c’est sa fille qui a repris le flambeau. Elle dirige l’imprimerie d’Audruicq dans la ville du même nom (59).

Presse typographique à cylindre fabriquée à Wavrin (59), près de Roubaix, 1963
Les compositions
Casse typographique
A l'âge de 13 ans, Ronald Coëns débute dans l'imprimerie
Plus d'articles sur les chaînes :

Nord
Réagir à cet article :
Jean-Guy Moulin - 04 Octobre 2016
et elle fonctionne toujours ses machines
Alain Stepho - 06 Octobre 2016
En temps que typo, je serais trs heureux de visiter ce muse. Merci de me donner les coordonnes.
Bien vous.
Alain
Michel Laveau - 07 Octobre 2016
Comme Alain, je souhaiterais pouvoir visiter ce passionn.
Jacques Renou - 07 Octobre 2016
Bravo. J'ai moi-mme un atelier de 75 m2 o je sauve du matriel et o je travaille en typo, Champfleur, dans l'Orne.
Olivier Bouchard - 10 Octobre 2016
Nous aussi nous avons un muse de l'imprimerie cr par d'anciens imprimeurs. Nous faisons visiter des coles plus les journes du patrimoine..... C'est Jouy-le-Moutier (95) contacter M. Lebreton
Robert Clerebaut - 11 Octobre 2016
Bravo, vous n'tes pas seul vouloir sauvegarder le patrimoine graphique et surtout le savoir-faire qui va avec… voyez le site : www.aepm.eu
Gilles Petit - 17 Février 2017
Et aussi en Touraine, mon petite atelier privé avec 350 casses ! Platines marge à main, vignettes, etc. La typo est loin d'être morte, haut les composteurs, les galées, les typomètres, les grises, les galvanos, et les belles mises en page ! Gilles Petit, Typographe. J'ai l'idée de recenser toutes ces belles initiatives et de mettre toute cette richesse en contact... BONNE IDEE NON ?
Ajouter un commentaire...