Les billets anglais en plastique dans la tourmente

© Bank of England

Une pétition demandant à la Banque d'Angleterre de revoir la composition de ce billet de banque a récolté plus de 121 000 signatures en quelques jours.

Le nouveau billet de 5 livres, le premier billet en plastique du Royaume-Uni, n'en finit pas de faire parler de lui. Alors que de nombreux internautes s'amusent à tester la résistance de cette coupure annoncée comme beaucoup plus solide que ceux en papier (lire Le nouveau billet anglais pas si résistant que ça), ce sont maintenant les traces de graisses animales qui font polémiques sur cette coupure sortie en septembre dernier.

Une pétition de Change.org lancée le 28 novembre qui demande l'arrêt de l'utilisation de produits d'origine animale a déjà recueilli plus de 121 400 signatures à l'heure ou nous écrivons ces lignes (02/12/16 à 10h00). Elle sera envoyée à la Banque d'Angleterre dès 150 000 signatures atteintes.

Maw Doug, qui a rédigé cette pétition est un homme végane, qui ne souhaite pas être obligé d'utiliser des produits issus d'animaux dans sa vie quotidienne. Il explique : "Les nouveaux billets de 5 livres contiennent des graisses animales sous forme de suif. Cela est inacceptable pour des millions de végétaliens, végétariens, hindous, sikhs, jaïns et autres au Royaume-Uni. Nous exigeons que vous cessiez d'utiliser des produits d'origine animale dans la production de monnaie que nous devons utiliser".

De la suif dans les granulés de polyméres

Ce mouvement national a été lancé après avoir eu confirmation par la Banque d'Anglettre de l'utilisation de ces graisses. Répondant aux interrogations des utilisateurs de Twitter sur la composition de la note, la Banque d'Angleterre a confirmé : "Il y a une trace de suif dans les granulés de polymères utilisés dans le substrat de base du polymère du billet de 5 livres".

Précisions du fabricant

Le billet de 5 livres est imprimé par De La Rue sur un substrat fabriqué par le groupe Innovia.

Selon les médias anglais, le parte parole de Innovia Security s'est défendu en expliquant que les billets en polymère contiennent de petites quantités d'additifs qui agissent comme des stabilisants, des agents antistatiques ou des agents de glissement ou d'autres adjuvants fonctionnels. Ces additifs qui jouent un rôle important dans les propriétés du billet sont très couramment utilisés dans l'industrie des plastiques, et représentent moins de 1 % du poids du billet. Et parmi ce moins de 1 % de matériau additif, une petite quantité de suif est utilisée par certains de leurs fournisseurs de résine.

Et la Banque d'Angleterre a publié un communiqué dans lequel elle assure n'avoir appris la présence de suif que récemment, et précise : "Innovia travaille maintenant intensivement avec sa chaîne d'approvisionnement et tiendra la banque informée des progrès de solutions potentielles".

Le prochain billet de cette série en plastique, la coupure de 10 livres, doit être mise en circulation à l'été 2017 et celle de 20 en 2020.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Damien Ouvrard - 05 Décembre 2016
Personne n'oblige les Vga manger ces billets pourtant ?
Ajouter un commentaire...