L'imprimé publicitaire fait débat, quels sont les arguments en sa faveur ?

La question de son utilisation, ou pas, porte principalement sur son impact environnemental.

L’impact environnemental du prospectus en question

Un reportage intitulé « Quel avenir pour les prospectus ? », et diffusé au 20h de TF1 le 16 février, a insisté sur la « hausse constante depuis plusieurs années » des prospectus dans les boites aux lettres. Chaque ménage recevrait chaque mois dans sa boîte aux lettres plus de 2,3 kilos d’imprimés publicitaires.

Le sujet est également revenu sur l’enseigne Monoprix qui, au début de l’année, a supprimé ses catalogues papier distribués en boites aux lettres pour privilégier une solution publicitaire digitale (application mobile).

La marque a notamment justifié sa démarche par l’enjeu environnemental, citant l’étude Human & Green Consultants pour Bonial qui estime l’impact écologique du prospectus digital 14 fois inférieur à celui du papier.

Mieux considérer l’imprimé publicitaire

Après l’annonce de Monoprix, le Syndicat de la Distribution Directe (SDD) a publié un communiqué afin de défendre les prospectus intitulé « 6 points pour mieux considérer l’imprimé publicitaire ».

Le syndicat rappelle que le papier « s’inscrit dans une démarche écologique durable », avec en Europe, 72 % de papier recyclé. Il rappelle également que le digital n’est pas dépourvu d’impact écologique, bien qu’il soit plus difficilement quantifiable. C’est pourquoi le SDD annonce le lancement au premier semestre 2019 d’une étude globale avec l’ensemble de ses parties prenantes pour documenter le sujet.

Parmi les différentes mesures pour réduire l’empreinte carbone de l’imprimé publicitaire, le syndicat souligne les différentes actions de la filière distribution (tri des déchets, optimisation des flux de transports, programme de reforestation…) ainsi que le ciblage qui « permet d’estimer au plus juste le nombre de supports nécessaires pour les campagnes publicitaires. »

Les autres points mis en avant par le SSD sont : l’accroissement du pouvoir d’achat (le prospectus permet de comparer les offres) ; la notion de choix (la lecture des imprimés est choisie) ; l’économie locale (l’utilisation de l’imprimé est accessible aux PME) ; le territoire (les collectivités, associations locales, lieux culturels peuvent utiliser l’imprimé) ; et l’emploi (l’imprimé représente des milliers d’emplois dans les fonctions industrielles, logistiques et commerciales).

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...