L'imprimerie typographique La Platine participera aux Journées européennes des Métiers d'Art 2019

La Platine fait de l'impression avec des caractères en plomb, du gaufrage, de l'embossage, du letterpress, de la numérotation, des perforations, des découpes spécifiques, des rainages...

L’imprimerie La Platine, à Marseille, vient d’être sélectionnée pour participer aux Journées Européennes des Métiers d’Art 2019.

Une histoire de famille

Imprimerie artisanale, La Platine a été créée en 1999 par Odile Coulange. À l’époque, elle rachète l’imprimerie typographique de Jean-Pierre Pramayon à Marseille, composée d’une Platine Ofmi Garamond et d’une KSB construites par les usines d’Heidelberg, ainsi que d’une machine offset mono couleur Kord, d’une piqueuse Rapidex et d’une plieuse.

Odile Coulange rachète également l’imprimerie ICP, appartenant à son père Bernard Coulange, lorsque ce dernier part à la retraite. Elle a elle-même travaillé dans cette imprimerie durant plusieurs années. Elle ajoute ainsi à son parc machine une presse offset sakuraï mono couleur, une ABDick et un massicot FL 76.

Les machines typographiques permettent à l’imprimerie La Platine de faire de l’impression avec des caractères en plomb, du gaufrage, de l’embossage, du letterpress, de la numérotation, des perforations, des découpes spécifiques, des rainages… Et grâce aux presses offset, elle peut imprimer aussi bien en tons directs qu’en 1, 2, 3 et 4 couleurs.

Pas de numérique, pas de sous-traitance

L’imprimerie La Platine fonctionne comme une imprimerie de labeur classique, avec une clientèle composée de particuliers et de professionnels. Elle a cependant une attirance particulière pour les impressions d’art et travaille notamment avec les éditions du Dernier Cri, maison d’édition et de sérigraphie spécialisée dans l’art singulier.

En revanche, Odile Coulange explique qu’elle ne fait pas d’impression numérique et n’accepte que des travaux qu’elle peut entreprendre.

« Nous ne faisons rien sous-traiter sauf bien sûr le façonnage chez notre façonnier, Pascal Relieur, avec qui nous travaillons depuis plus de 20 ans. Je préfère guider la clientèle sur des imprimeurs qui leur correspondent le mieux. 

N’ayant plus de flasheur, nous faisons faire nos plaques en CTP chez La Clicherie Aquitaine ou avec une imprimante spéciale nous utilisons des sorties calques que nous insolons dans notre châssis. »

L’imprimerie a obtenu en 2017 la mention d’Artisan d’Art par la Chambre des Métiers des Bouches-du-Rhône. La société comprend deux personnes: Odile Coulanges, qui compose, dirige, et conseille ; et Noël, chef de fabrication et conducteur de machines.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...