La plus ancienne représentation d'un atelier typographique

On retrouve dans cette gravure sur bois tous les éléments essentiels du matériel de typographie et d'impression.

Cette gravure sur bois exposée au Musée de l’Imprimerie de Nantes illustre La grant Danse macabre, livre imprimé à Lyon en 1499 par Martin Husz, soit environ un demi-siècle après l’invention de l’imprimerie moderne par Johannes Gutenberg.

Il s’agit de la plus ancienne représentation connue d’un atelier d’impression typographique, apprend-on au Musée. On y retrouve les éléments essentiels du matériel de typographie et d’impression, comme l’explique la légende ci-dessous.

« Assis sur un banc, le typographe choisit les types ou caractères en métal classés dans la CASSE (1). Il les place sur le COMPOSITEUR (2) qui permet de rassembler les types en lignes. Il s’inspire d’un modèle placé sur le VISORIUM (3). Il place les lignes composées dans une petite GALÉE ou châssis (4).

L’imprimeur est debout près de la PRESSE À DEUX COUPS dont on voit la FORME (5) portant la boîte coulissante, et le TYMPAN (6) basculant pour faire pression (platine). À proximité, un pressier brandît une BALLE D’ENCRAGE (7). La presse est étançonnée aux poutres du plafond pour empêcher son pivotement (8).

Dans la librairie, les livres sont rangés à plat (9) selon l’usage de l’époque, protégés par des reliures dont certaines sont à fermoir pour mieux maintenir les plats de couverture sur les épais feuillets de parchemin (10). »

La danse des morts, expression du moyen-âge

À la fin du moyen-âge, les hommes sont confrontés aux ravages de la guerre de Cent Ans (1337-1453), de la peste et de la famine. La mort est représentée dans l’art et la littérature à travers le thème de la danse des morts, ou danse macabre.

Mathieu Husz est le premier imprimeur lyonnais à se lancer dans l’édition d’une danse des morts, et par la même occasion, le premier à représenter un atelier d’impression typographique.

Figurine exposée au Musée de l'Imprimerie de Nantes. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...