Le tirage hallucinant des prix littéraires, un rêve d'imprimeur

Si, en France, le tirage moyen d'un livre est de 9000 exemplaires (2011), celui des prix littéraire est exponentiel...

La saison des prix littéraires est la saison majeure pour le secteur de l'édition et du livre, et donc du secteur de l'imprimerie, notamment des 3 imprimeries leader sur ce marché, le groupe CPI, l'imprimerie Roto Normandie (groupe Maury) et l'imprimerie Floch.

Les six prix littéraires d'automne, le Goncourt, le Renaudot, le Femina, l'Interallié, le Médicis et le Prix de l'Académie Française, sont le point d'orgue de la saison, qui sont sûrs, hors accident, de faire le plein sur le dernier trimestre.

Le chiffre des tirages habituels de ces différents prix laisse pantois, qui est à mettre en perspective avec les tirages moyens français, soit 9000 exemplaires pour un premier tirage (nouveauté) et 6000 exemplaires pour un réassort.

GraphiLine a dressé le Top 6 des prix littéraires d'automne, en terme de nombre d'exemplaires moyens tirés.

  1. Goncourt : 300 000 exemplaires
  2. Renaudot : 200 000 exemplaires
  3. Femina : 170 000 exempalires
  4. Interallié : 90 000 exemplaires
  5. Médicis : 40 000 exemplaires
  6. Académie Française : 40 000 exemplaires

Des exception existent bien entendu : certains Goncourt ne se sont pas vendus, et certains Renaudot ont quant à eux explosé les compteurs. Comme Chagrin d'Ecole de Damien Pennac, Renaudot 2007, vendu à 440 000 exemplaires, qui a largement devancé le Goncourt d'alors, Alabama Song, de Gilles Leroy. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...