Une commande à 8 millions d'euros pour Canon

L'un des leaders britanniques du marketing direct vient d’investir plus de 8 millions d'euros dans les technologies Canon.

Installée dans un bâtiment de 43 000 m² à Seaham en Angleterre, MetroMail, qui emploie 230 personnes, a décidé de moderniser son parc existant par des systèmes d’impression Canon. Un investissement de plus de 8 millions d'euros.

Spécialisée dans le marketing direct, MetroMail s'est équipée en impression feuille à feuille monochrome avec quatre Océ VarioPrint 6320, deux Océ VarioPrint 6160 et une Océ VarioPrint 6250, en feuille à feuille couleur avec deux Canon ImagePress C7011, en continu avec une Océ VarioStream 8760 bobine-bobine et en multifonction avec quatre Canon ImageRunner 5250. Le workflow est une architecture Océ Prisma avec le logiciel Trueproof pour le prépresse et MyMail Hybrid pour le publipostage.

Mais la machine la plus imposante de ce nouveau parc est l'Océ ColorStream 3900Z, la presse la plus rapide de la nouvelle gamme ColorStream 3000Z de Canon, présentée aux Innovation days à Lucerne en Suisse du 23 au 26 février dernier.
C'est ainsi le premier site en Europe à s’équiper de cette presse.

"Les défis ne nous font pas peur, explique Alan Purvis, directeur général de MetroMail. Je suis intimement persuadé que si l’on fait les choses toujours de la même façon, les résultats que l’on obtient ne peuvent qu’être médiocres. Nous avons de plus grandes ambitions et nous considérons que notre partenariat avec Canon nous aidera à atteindre notre objectif de devenir l’entreprise la plus efficace et la plus rentable de notre secteur."

Cette Océ ColorStream 3900Z, constituée de deux moteurs d’impression, est alimentée en bobine et connectée en sortie à un module Hunkeler de mise en paquets (feuilles) ainsi qu’à un perforateur dynamique.

Avec une surface au sol inférieure d'un tiers à celle de la ColorStream 3900 classique, l’Océ ColorStream 3900Z délivre les mêmes niveaux de qualité d'impression et de productivité.

"La vitesse, la qualité, la production et les coûts d’investissement du jet d’encre numérique sont désormais en phase avec nos besoins, et le moment est venu de passer à l’étape suivante, c’est-à-dire améliorer nos processus de production et accroître davantage encore notre rentabilité", indique Alan Purvis.

Pour choisir ses nouvelles machines, Alan Purvis explique avoir exposé ce qu'il souhaitait en terme, non pas de technologie, mais en terme d’objectifs : "Nous avons laissé les fournisseurs nous démontrer comment nous pouvions y parvenir grâce à leurs équipements.″

Créée en 1988, la société MetroMail a investi plus de 17,5 millions d’euros en équipements au cours de ces huit dernières années. Elle a embauché en janvier 10 personnes et prévoit de continuer à recruter au cours de l'année.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...