Comment Facebook courtise les youtubers

Le réseau social développe les partenariats avec les journalistes et veut introduire la publicité dans les vidéos.

Largement critiqué pour son rôle dans la diffusion de fausses informations, notamment lors des élections américaines, Facebook se lance dans une nouvelle stratégie vis-à-vis des médias.

Le réseau social a recruté début janvier la journaliste américaine Campbell Brown, qui a travaillé entre autres pour le New York Times, le Wall Street Journal, CNN, ou encore NBC.

Campbell Brown a été nommé au poste de responsable média de Facebook, un emploi qui n’existait pas encore chez le géant américain.

Un poste qui consiste à "faire comprendre aux journalistes médias comment Facebook peut offrir de la visibilité à leurs articles". Concrètement, sa mission sera de vendre aux grands journaux américains des outils pour booster leur audience (format pour mobiles, vidéos en direct, instant articles, etc.). En aucun cas elle n’interviendra sur le contenu éditorial diffusé sur le réseau.

Un recrutement symbolique pour Facebook puisque la journaliste fait partie des voix qui se sont élevées pour dénoncer les fake news, ces fausses infos qui circulent sur le web et bénéficient d’une énorme audience grâce aux réseaux sociaux.

Partenariat avec les journalistes contre les fake news

Même s’il ne se considère pas comme un média, Facebook se comporte de plus en plus comme tel. En se responsabilisant par exemple : récemment il a mis en place un partenariat avec des journalistes. Ceux-ci ont pour mission de fact-checker les contenus publiés sur le réseau. Si l’un des journalistes signale une fausse info, elle est directement retirée.

Pendant longtemps, Facebook a refusé de réguler son contenu, justifiant qu’il n’était pas un média. Les temps changent. Et les élections américaines n’y sont pas pour rien. On peut parler d’un avant et d’un après Trump.

En Allemagne, Facebook collabore avec l’association de journalisme d’investigation Correctiv pour vérifier la véracité des informations. À quelques mois des élections fédérales, le but est que la diffusion de fausses informations ne joue pas sur les élections comme ça a pu être le cas aux États-Unis.

Bientôt des facebookers

Autre action visant à séduire les médias et les particuliers, l’intégration de la publicité dans les vidéos. Facebook veut rémunérer les auteurs de vidéos comme Google le fait avec YouTube. Objectif, créer des facebookers comme il y a des youtubers.

En considérant le nombre impressionnant de vues que remportent certaines vidéos publiées sur Facebook (par exemple les chroniques d’humoristes de France Inter), cette stratégie pourrait s’avérer payante pour les médias.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...