Quels domaines d'applications pour le papier connecté ?

Les possibilités sont immenses et concernent un très grand nombre de supports.

Le
Mailing connecté réalisé par La Poste via un QR code.

Les puces RFID sont de petits objets qui se présentent par exemple sous la forme d’étiquettes adhésives. Ces puces sont intégrées aux supports imprimés afin de les rendre interactifs.

Il peut s’agir de bandes sonores, de visuels supplémentaires, de films… les applications sont multiples et s’étendent à tous les supports (papier, emballages, adhésif, carton, etc.).

Les puces permettent donc d’enrichir le papier grâce à du contenu interactif mais elles permettent également d’authentifier un document ou d’apporter une traçabilité aux objets.

De l’emballage intelligent aux objets du quotidien

Dans le domaine du packaging par exemple, les étiquettes RFID permettent de transmettre en temps réel des informations à un utilisateur. La technologie peut s’avérer utile pour la traçabilité, la gestion des stocks, l’économie des coûts de main-d’œuvre, ou encore la sécurité.

Les étiquettes RFID sont également déployées dans le domaine du tourisme. Les pass connectés peuvent transmettre de l’information sur les sites touristiques mais également servir de plan ou de cartes d’accès prépayées.

Pass navigo, cartes bancaires, passeports électroniques, badges d’accès, de nombreux objets du quotidien reposent aujourd’hui sur la RFID sans que l’utilisateur en soit conscient.

Des possibilités immenses sur tout type de supports

Les possibilités ouvertes par le papier connecté sont immenses. Par exemple, une carte de visite dotée de la technologie NFC permet de déclencher des actions lorsque la carte est en contact avec un smartphone : importation d’un contact, ouverture d’une page web, géolocalisation pour se rendre dans les locaux de l’entreprise, etc.

En enrichissant le contenu, l’imprimeur ne vend plus uniquement un produit mais également un service. La baisse de volume est alors palliée par une réelle valeur ajoutée. Le papier rendu intelligent est plus intéressant à conserver.

Un autre exemple est le catalogue. Un très beau catalogue peut être accompagné d’une partie « tarif » en version digitale. Les tarifs peuvent ainsi être modifiés dans le temps sans rendre le catalogue obsolète.

La liste des possibilités est donc immense et concerne un très grand nombre de supports : l’affichage, la publicité, les catalogues, les mailings, les étiquettes produits, les cartes de visite, les livres ou encore les emballages.

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO