Et un, et deux et trois Cadrats d'or pour l'imprimerie Escourbiac !

Ce 58e Cadrat récompense, une nouvelle fois, l'imprimerie du Tarn pour son magnifique travail.

Le jury a choisi de remettre le très convoité Cadrat d'or à l'imprimerie Escourbiac, dirigée par Philippe Escourbiac. Et ce n'est pas la première fois que cette imprimerie familiale située dans le Tarn, se distingue par la qualité de son travail. Après un premier Cadrat d’or obtenu en 2003, puis un deuxième en 2009, c'est la troisième fois que Philippe et Alain Escourbiac remportent le trophée.

Philippe Escourbiac (à gauche), directeur de l'imprimerie du même nom, et Alain (à droite), son frère, responsable commercial de l'entreprise.

Avant elle, seuls deux autres imprimeurs avaient remporté trois fois ce prestigieux concours organisé par la CCFI : les imprimeries Comelli, et Art et Caractère.

Mais attention, Alain Escourbiac précise : "Ce n'est parce que c'est la troisième fois, que l'on est blasé ! On ne se lasse pas ! C'est très important pour nous d'être reconnu de nos pairs."

Cette année, l'imprimerie Escourbiac a présenté trois ouvrages.

Il s’agit de La Vie en rose des photographes Marie et Patrick Blin, aux éditions Kazi, un livre photo grand format 43 x 31 cm de 128 pages. Cet ouvrage, tiré à 600 exemplaires, dont 100 en tirage de tête, réunit des reproductions de photos couleurs de flamants roses. La couverture est sur toile Pellaq Mallory de Winter, avec un marquage à chaud rose sur fond rose. Les pages intérieurs sont sur papier Arctic Volume 200g imprimé en trame Sublima 240 et vernis offset brillant.

Le deuxième ouvrage est un dossier de presse d'une trentaine de pages de la marque de bijoux Aurélie Birdermann, pour le studio de création Franck Durand.

Il est présenté dans un coffret en toile jaune avec un ruban et un marquage à chaud.
L'intérieur est imprimé en quadri trame Sublima 240 et vernis acrylique ultra brillant recto verso sur du papier Symbol Freelife Gloss Premium White 170 g de Fedrigoni. et du Rives Velin 180 g avec marquage à chaud pour la couverture.
Les principales difficultés de cet ouvrage se situait dans la finesse de la trame, dans le recto verso du vernis, qui n'est pas préconisé par les fabricants de vernis.

 

Le troisième ouvrage a particulièrement retenu attention du jury. Publié aux Éditions Kobalann, Solitudes présente, en deux tomes, le travail du célèbre photographe animalier Vincent Munier. Cet ouvrage à compte d'auteur en est déjà à sa deuxième édition, les 3 000 premiers exemplaires s'étant écoulés en à peine quatre mois.
Il est imprimé en quadri trame Sublima 240 et vernis acrylique mat sur de l’Arctic Volume White 170 g pour les pages intérieures, et du Materica Clay 120 g pour la couverture.
Pour Alain Escourbiac, ce travail "est un très bel aboutissement". Une belle maquette, des photos magnifiques et une impression splendide. "C'est une très belle unité, un ouvrage très cohérent dans son ensemble".
La grande difficulté était de reproduire des nuances infimes de blancs sur papier blancs des paysages sous la neige.

Avec ce troisième Cadrat d'or, l'imprimerie Escourbiac sait qu'elle est, encore plus qu'auparavant, condamnée à la perfection ! Mais elle ne compte pas se reposer sur ses lauriers !

Plus d'articles sur les chaînes :

Tarn
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

ESCOURBIAC SA recrute

Actualités de l'entreprise