Comment Art et Caractère (81) réduit ses déchets et sa consommation d'énergie

Le système en ligne PQA-S de Komori réduit 30% la gâche papier.

L'imprimerie située à Lavaur a un plan d'action anti gaspillage, conçu avec l'aide de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

L'imprimerie offset Art & Caractère, qui emploie une centaine de personnes, a participé à l'expérience de l'Ademe sur la réduction du gaspillage. Sous la responsabilité de la chargée de mission environnement, hygiène et sécurité d'Art & Caractère, Nathalie Ménard, et grâce à l'expertise de l'agence, l'entreprise d'impression compte baisser annuellement sa facture d'électricité de 9 400 euros et ses déchets à la source de 4 % ce qui représente 118 000 euros d'économie.

Les premières mesures de réduction de la consommation de matières sont en place depuis en juin et montrent dès à présent des résultats très performants.

Désormais, tous les solvants passent dans une fontaine à solvant, prototype construite par l'imprimerie elle-même. Cela permet la réutilisation des solvants encore actifs et les deux fontaines installées réduisent la nécessité d'achats de solvants de 34 %.

Ensuite, l'imprimerie s'est dotée de filtres en circuit fermé sur les eaux de mouillage. Cet équipement amène une économie de 13 % sur la consommation d'eau.

De plus, Art & Caractère est équipée depuis mars du système en ligne PQA-S de Komori. Le PQA-S évalue, grâce à une caméra haute résolution et une source de lumière led, chaque feuille en la comparant à une impression de référence et en cas d'anomalie, émet une alerte. "Elle détecte les défauts plus rapidement qu'une inspection à l'œil nu", explique Nathalie Ménard. Cet outil de Komori permet la correction des couleurs et la détection de défauts (imperfections du support, traces d'eau, rayures, pétouilles, etc.) en un temps record ce qui réduit d'environ de 30 % la gâche

L'imprimerie a aussi mis en place un tableau de pilotage trimestriel avec différentes données des services achats et production. Accessible aux postes impliqués dans la gestion des déchets (comme les conducteurs de presse), cet outil permet de visualiser clairement les pertes et ainsi mieux les contrôler. 

Et la prochaine étape est la réduction de consommation d'électricité grâce au changement de tous les néons des trois ateliers, soit 500 ampoules, par un éclairage par leds. D'après l'Ademe, l'imprimerie devrait baisser son besoin d'énergie pour la lumière de 63 % soit 9 400 euros par an pour 30 000 euros d'investissements. "Grâce à cette étude, nous avons des repères ce qui nous permet de dialoguer avec les interlocuteurs et d'avoir une idée claire de ce que nous pouvons obtenir. Nous sommes en train d'étudier différentes offres", précise Nathalie Ménard.

Bilan complet dans un an.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Tarn
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Art et Caractère

Connaître le vrai coût des déchets pour réduire le gaspillage

SOCIETE DE L'IMPRIMERIE ARTISTIQUE (SIA) recrute

Actualités de l'entreprise