La stratégie de l'IGN pour adapter les cartes papier aux changements de société

Comment les cartes papier peuvent-elles encore apporter un plus par rapport aux nouvelles technologies ?

Pour la première fois depuis le milieu des années 2000, les cartes papier de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) semblent reprendre du poil de la bête. Il faut dire que l'institut essaie par de multiples façons à s'adapter aux nouveaux marchés.

"Nous sommes convaincus qu'il va y avoir une modification de l’utilisation des cartes papier et que les gens sont prêts à acheter une carte papier à condition qu'elle ait toujours davantage de valeur ajoutée par rapport au numérique," nous explique Frédéric Cantat, chef de service des études et du marketing de l'IGN.

Et pour trouver cette valeur ajoutée, l'IGN cherche à exploiter ses données cartographiques pour développer de nouvelles offres.

Le digital

Le principal concurrent aux cartes papier, le digital, pourrait devenir un atout fort pour l'IGN. 

"Le lien avec le numérique est un incontournable, affirme Frédéric Cantat. Sur les cartes, on fait beaucoup de croisements de services entre les supports papier et supports numériques."

La dernière version de cartes lancée à l'automne dernier possède ainsi des flash code qui renvoient à des services en ligne, comme la météo.

Ces cartes concilient le confort de lecture du papier et la réactivité des informations en ligne.

L'échange

Pour profiter encore plus du digital, l'IGN lance cette année un site internet inédit en France : l'Espace loisirs.

"L'Espace loisirs est une plateforme numérique de service : elle va permettre aux gens de partager leurs itinéraires, leurs points d’intérêts et d’utiliser aussi les services d'impression de Carte à la carte, explique Frédéric Cantat. Il nous semble que l'IGN est légitime à proposer ce type de service.″ 

400 bêta testeurs éprouvent actuellement la plateforme qui sera ouverte au grand public dès le 30 avril.

La personnalisation

L'IGN s'est également lancé depuis 2007, sur le créneau de la personnalisation, avec le service baptisé Carte à la carte. 

Il permet de composer une carte, et depuis peu un poster, en choisissant de nombreux éléments comme la zone, le titre, le format, la photo de couverture et il est possible d'ajouter des données personnelles comme des tracés ou des croquis.

Et ce service semble enfin avoir trouvé son public. "En 2014, on a vu une vraie augmentation de la diffusion sur ce type de service personnalisé" : une hausse de 14 % par rapport à 2013.

Les cartes culturelles

En 2014, l'IGN a connu aussi un grand succès avec sa dernière trouvaille, les cartes Événements.

Elle a édité des cartes commémoratives. Celle de la Grande Guerre 1914 – 1918 présente les lignes de front, les lieux de mémoire, les lieux de bataille et les chemins de mémoire.

Cette fois-ci, l'institut sort de son rôle de service pratique et propose un support culturel.

L'avenir en 3D ?

L'institut national s'intéresse également de près à l'impression 3D. Un projet est à l'étude. L'IGN pourrait proposer aux professionnels, un service de maquettes en relief qui mettrait en valeur d'un territoire ou d'un aménagement.

Finalement l'IGN l'a bien compris : pour rester dans la course face aux nouvelles technologies, il faut sortir des sentiers battus. 

"On veut être l'outil protéique, l'outil support aussi bien pour un particulier qu'un professionnel," résume Frédéric Cantat. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Cartes papier

Bientôt un regain des cartes papier en France ?

Les ventes de cartes papier en hausse, une première depuis 10 ans