Le nouvel Harry Potter, une impression sous haute surveillance

L'impression des nouvelles aventures d'Harry Potter a été confiée au groupe CPI, qui a mis à contribution deux de ses imprimeries, le site Brodard et Taupin et le site Firmin-Didot.

600 000 exemplaires, rien que ça ! Pour sa sortie en France, la pièce de théâtre Harry Potter et l’enfant maudit publiée chez Gallimard, bénéficie d’un tirage exceptionnel.

L’impression de l’ouvrage a été confiée au groupe CPI qui a mis à contribution deux de ses imprimeries : le site Brodard et Taupin, à La Flèche, et le site Firmin-Didot, dans l’Eure.

Une production sensible

Face à l’incroyable succès des aventures d’Harry Potter, l’impression de ce nouvel ouvrage s’est faite, selon les directives de l’auteur et de l’éditeur, dans la plus grande confidentialité.

Anthony Morin, directeur marketing et solutions IT chez CPI, explique :

"Ce sont des productions très sensibles. Il a fallu sécuriser le périmètre autour des machines afin de s’assurer qu’il n’y ait pas de fuites avant la date officielle." (La date officielle était le 14 octobre.)

Une confidentialité exigée jusqu’au centre de distribution :

"Les livres sont partis sur des palettes filmées en noir avec sur chaque palette une indication — ne pas ouvrir avant le 14 octobre — pour que de la même manière, au centre de distribution, cela reste absolument confidentiel."

Un best-seller annoncé

L’ouvrage signé par les écrivains John Tiffany et Jack Thorne, d’après une idée de JK Rowling, est en bonne place pour faire partie des meilleures ventes de 2016, selon le magazine Livres Hebdo.

En Grande-Bretagne, où le livre est paru fin juillet, il s’est déjà écoulé à 1,3 million d’exemplaires, et aux États-Unis, à 3,8 millions d’exemplaires.

Pour le groupe CPI, les nouvelles aventures du sorcier s’annoncent déjà comme le plus gros tirage de l’année.

Des réimpressions pour les fêtes de fin d’année ?

Malgré un tirage de départ exceptionnel, le bon démarrage de l’ouvrage laisse présager des réimpressions.

"L’effet de Noël va jouer à plein, c’est typiquement le cadeau de Noël qu’on va retrouver sous les sapins pour les enfants, les adolescents et les jeunes adultes qui ont grandi avec Harry Potter. Si le livre rencontre son public, il y aura certainement des réimpressions début décembre pour garnir les sapins."

Une réactivité appréciée par les éditeurs

Habituée aux gros tirages, les usines de CPI sont équipées de lignes d’impression Cameron (impression typo avec façonnage en ligne). La Cameron fonctionne avec des ceintures polymères.

"Lors des réimpressions, la ceinture est déjà prête. On repose cette ceinture sur la machine, ce qui nous permet de réimprimer très vite. Cette grande réactivité est appréciée par les éditeurs, c’est une des forces de CPI."

Parallèlement à la sortie des nouvelles aventures du sorcier, Gallimard réédite les sept tomes de la série dans une édition grand format et sous une nouvelle couverture.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise