Une page se tourne à Casterman Printing

© Google street view

Le rotativiste belge Casterman Printing n'appartient plus au groupe Evadix.

L'illustre imprimerie Casterman fondée en 1776 est fixée sur son sort. Le tribunal de Commerce du Hainaut, division Tournai, accepte le transfert de l'activité de l'imprimerie belge à la société Produce & Packaging Sales SPRL, filiale belge de l'imprimeur hollandais Emiel de Jongest, qui avait présenté l'unique offre de reprise (lire Casterman Printing intéresse un groupe néerlandais). Cette mesure prend effet le 10 décembre.

L'offre de reprise ne préverait le maintien que de cinq postes et la conservation d'une rotative manroland, la 72 pages.

Emiel de Jongest souhaite ainsi renforcer sa position "en particulier en France et en Belgique" et un "marché de plus en plus consolidé et mondialisé" explique le groupe néerlandais. 

L'imprimerie offset rotative propriétaire du groupe Evadix dirigé par Pascal Leurquin était en procédure de réorganisation depuis mai (lire Casterman Printing est à vendre) et employait environ 25 personnes. 

"Cette opération devrait permettre d'assurer la pérennité de cette activité d'imprimerie à Tournai et d'occuper, à terme, plus d'une vingtaine de travailleurs", précise Evadix.

L'imprimerie était en difficulté depuis des années, subissant une forte pression sur les prix. En 2014, l'imprimerie Casterman Printing était déjà entrée en procédure de réorganisation judiciaire et 33 salariés sur les 90 avaient été licenciés. Pascal Leurquin nous expliquait que la cause était la baisse des volumes de leurs principaux marchés, les catalogues et les annuaires téléphoniques due à la concurrence d'internet. Un plan d'apurement des créances avait été mis en place avec les créanciers mettant fin à la procédure.

Dans les années 90, le site faisait travailler 350 personnes.

Nous reviendrons dans nos prochaines éditions sur cette information.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...