Epson répond aux critiques d'obsolescence programmée

Le constructeur apporte des précisions.

Le
© Epson

France 2 diffusait 29 mars dernier l'émission Envoyé spécial : imprimantes, le coût de la panne qui s'intéressait notamment à l'obsolescence programmée des machines d'impression jet d'encre grand public d'Epson. Le constructeur japonais tient de répondre à ces critiques : il "rejette catégoriquement" toute allégation d'obsolescence programmée. "Une telle intention serait contraire à sa philosophie et aux principes de l'entreprise."

Trois principales informations "erronées"

Et le fabricant japonais veut corriger trois informations du programme, des points qu'il estime "extrêmement trompeurs et basés sur des faits erronés, biaisés ou partiels".

Premier point, l'encre restante dans les cartouches vides accusée d'être gâchée.

Epson répond que cette encre résiduelle est là pour protéger la tête d'impression dans l'imprimante.

"De même qu'il est exclu d'injecter de l'air lors d'une injection intra veineuse, il est essentiel d'empêcher que de l'air ne pénètre dans la tête d'impression en gardant un minimum d'encre à l'intérieur des cartouches. Si de l'air pénètre dans la tête d'impression, la qualité d'impression sera dégradée (par exemple des pages blanches seront 'imprimées' ou les documents seront ternes)."

Et le constructeur précise que "spécifiquement destinée à toujours rester dans la cartouche", cette encre "n'est pas incluse dans les calculs du rendement de la cartouche ou du coût à la page".

Deuxième point, la puce sur la cartouche qui briderait la durée de vie de l'imprimante.

Epson indique que le but de cette puce est d'enregistrer et de stocker le niveau d'encre d'impression restante dans la cartouche. "Cette information est transmise à la puce à partir d'un compteur dans l'imprimante, qui compte le nombre de gouttelettes d'encre éjectées de la tête d'impression, et NON le nombre de pages."

Et le troisième point, la fin de vie du tampon d'encre résiduelle. 

Espon stipule : "Il est conçu pour récupérer l'excès d'encre et éviter les fuites d'encre à l'intérieur ou à l'extérieur de l'imprimante. (...) La saturation maximale du tampon d'absorption d'encre est définie en comptant les gouttelettes d'encre entrantes dans le tampon."

Il souligne que les fuites d'encre peuvent endommager l'imprimante et les zones environnantes. 

Selon le constructeur, ce tampon encreur est conçu pour dépasser de manière significative l'utilisation normale de l'imprimante. Par exemple, le tampon encreur de l'Expression Home XP-225 a une durée de vie de plus de 10 ans (avec 40 pages imprimés par mois).

Et Espon rappelle que pour les imprimantes d'entrée de gamme, le tampon encreur est un élément remplaçable par un technicien dans un centre de service et d'autres modèles incluent des tampons encreurs facilement remplaçables par le client.

La confiance des clients inadéquate avec l'obsolescence programmée

"Epson met toujours le client au premier plan, déclare Ernest Quingles, directeur général d'Epson France. La meilleure façon – et la seule – de mener ses activités est d'obtenir la confiance de nos partenaires, et cela ne peut pas être réalisé par des pratiques inadéquates comme l'obsolescence programmée. Notre activité a été bâtie sur la création de produits véritablement excellents que nos clients utilisent et apprécient depuis de nombreuses années."

Vos réactions
Ajouter un commentaire...

Jeannot Pierre 2 mois
Epson je n’achète plus, trop gourmande en encre.
Ferdinand Roselyne 1 mois
Le fabricant dit ce qu'il veut que l'on entende. Mais moi, je n'achète plus EPSON.


Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO