L'ex-papeterie d'Arjowiggins de Jouy-sur-Morin (77) liquidée

Les salariés ont décidé de bloquer le site.

Liquidée ! À peine 10 mois après son rachat par le groupe d'investissements germano-suisse Blue Motion Technologies, le site d'Arjowiggins Security de Crèvecœur en Seine-et-Marne fermera ses portes le 30 janvier. Le tribunal de Commerce de Nanterre a prononcé la liquidation judiciaire de l'usine de fabrication de papier de billets de banque et de cartes grises le mercredi 16 janvier. 
 
Depuis l'annonce de cette décision, les 220 salariés bloquent l'usine. Ils souhaitent empêcher les productions de partir et protéger l'outil de travail. 
 
"Nous trouvons inadmissible cette fermeture, explique Nicolas Faucher, secrétaire de la Filpac CGT. Avec les élus locaux, un gros travail a été fait pour trouver un repreneur.  L'outil de travail, les compétences des salariés, tout est là pour pouvoir produire des produits de qualité. Nous cherchons un repreneur et nous serons aussi combatifs qu'à Arjo Wizernes !" (Arrêtée depuis 2015, l'usineWizernes a finalement redémarré en 2018. Lire La papeterie Wizernes renaît et devient Wizpaper grâce à un imprimeur.) 
 
Depuis plusieurs mois, les salariés s'inquiétaient de la situation de l'entreprise fiduciaire : ils s'interrogeaient sur le fait que Blue Motion Technologies du groupe Partner Capital Group n'avait pas encore investi dans l'outil de fabrication, contrairement à ce que le groupe d'investissements aurait indiqué lors du rachat (lire Les salariés d'Arjowiggins à Jouy-sur-Morin inquiets pour leur avenir).
 
Si Blue Motion Technologies n'a pas injecté d'argent sur le site, l'État et les collectivités ont, eux, investi 600 000 euros pour créer un nouveau pont. Construit pour pouvoir faire passer des semi-remorques jusqu'à l'usine à papier, il a été inauguré le 1er juin 2018 (lire À la papeterie de Jouy-sur-Morin, la construction d'un pont sauve des emplois). 
 
Blue Motion Technologies n'a pas donné suite à nos questions.
Plus d'articles sur les chaînes :

Seine-et-Marne
Réagir à cet article :
Annette Remy - 23 Janvier 2019
c'est une honte et quand MACRON dit qu'il faut traverser la rue pour trouver du travail, je ne pense pas qu'il a compris le problème de tous
Ajouter un commentaire...