Ce qui compte dans l’imprimerie, c’est le client

C’est le produit final qui fait le marché selon le président du SIN.

Avec Pierre Picard, président du SIN (Syndicat de l’Impression Numérique), pour un verbatim sur la stratégie d’entreprise.

Pour vous, Pierre Picard, aujourd’hui dans l’imprimerie le discours technique n’a plus lieu d’être ?

Pierre Picard (Président du SIN) - Tout à fait. J’étais aujourd’hui au congrès du GMI (Groupement des Métiers de l’Imprimerie), et on entend encore des discours du style « j’ai une 10 couleurs qui fait 40 mètres, j’ai une presse HP Indigo numérique. Or la problématique du client n’est pas là.

Le client ne comprend pas la machine, la marque, il ne sait pas ce que c’est. La vraie problématique, pour un imprimeur, c’est « comment je sers le client, dans quel délai, comment je trouve une solution à son problème ».

Cela n’a rien à voir avec la machine. Or on a encore tendance à faire des sectorisations, à dire que c’est l’outil de travail qui fait le marché. Pas du tout ! c’est le produit final qu’on livre qui fait le marché. La question qui compte, c’est « qu’est-ce qu’on livre au client ? », est-ce qu’on livre une plaquette, une carte de visite, un catalogue, un livre, un journal ?

Le mode d’impression compte peu aux yeux du client. L’important en revanche, c’est que le produit soit imprimé en France, par des salariés français. C’est très important, et c’est possible avec des usines qui fabriquent du papier en France, car nous avons assez d’arbres en France pour fabriquer du papier.

C’est un beau discours... Donc ce qui est important aujourd’hui dans l’imprimerie, c’est la vente et le marketing ?

PP - Aujourd’hui dans l’imprimerie ce qui est très important, la question clé à se poser, c’est « comment je trouve mes clients ? ».

Ou bien « comment je me différencie ? »

PP - Il y a en fait deux questions à se poser. D’abord, « comment je trouve mes clients ? ».

Par Internet, c’est évident.  Donc ce qui importe pour moi en tant qu’imprimeur, c’est Internet, c’est ma force commerciale, c’est mon marketing, et c’est mon site internet.

Et ensuite, « comment je me différencie ? »

Je me différencie peut-être un petit peu par mes procédés d’impression. Mais je me différencie surtout par ma prestation de finition, mon délai de réactivité, ma capacité à faire quelque chose de différent de ce que fait mon concurrent.

Ce n’est donc sûrement pas par rapport aux machines qu’un imprimeur fera la différence !

C’est plutôt au niveau des idées, de l’innovation. Comme dans les autres secteurs d’ailleurs : on le voit dans le mobile par exemple. Il faut être innovant, différent, original.

Après…que l’on ait une presse offset ou une imprimante numérique, peu importe.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...