Prospectus publicitaires - Culture Papier répond à Que Choisir

En réaction à l'article de Que Choisir du numéro de juillet-août contre les prospectus publicitaires, Culture Papier adresse une lettre ouverte à l'auteur du texte.

Laurent de Gaulle, le président de l’association Culture Papier adresse une lettre ouverte à Elisabeth Chesnais, la journaliste du magazine Que Choisir, qui a écrit l'article "La coupe est pleine" contre les publicités non adressées, "afin de lui proposer quelques arguments permettant une vision plus équilibrée sur ce sujet important pour l'ensemble des acteurs de [la] filière" :

Madame Chesnais,

Dans le numéro daté juillet-août 2014 de votre magazine, vous titrez votre article sur les prospectus publicitaires "La coupe est pleine !", accréditant l’idée selon laquelle les imprimés publicitaires ne seraient porteurs que d’impacts négatifs. Nous estimons que vos lecteurs ont droit à une information complète et dépassionnée sur ce sujet important pour la vie économique de notre pays, mais aussi pour la vie quotidienne du grand public.

L’association Culture Papier, créée en 2010 à l’initiative d’organisations professionnelles et d’entreprises des filières du papier et de l’imprimé, a justement pour vocation d’apporter une vision élargie du papier, y compris naturellement sa nécessaire dimension durable et responsable.

Tout d’abord, l’imprimé publicitaire est un support efficace et apprécié par le plus grand nombre comme le démontrent de nombreuses études à votre disposition sur notre site (www.culture-papier.com). Pour une majorité de ménages, notamment parmi les plus modestes, il permet un choix réfléchi et une comparaison des offres les plus intéressantes pour gérer au mieux leur budget. Ils sont également vecteurs de lien social pour de nombreuses personnes isolées qui ne reçoivent que peu de courriers dans leur boîte aux lettres et pour lesquels l’imprimé publicitaire représente un lien direct avec la vie de leur territoire.

Les enjeux sociaux que représente l’imprimé publicitaire sont très importants en termes d’emplois : près de 500 000 dont l’immense majorité présents sur l’ensemble du territoire et non-délocalisables. Les imprimés publicitaires constituent également un soutien à la consommation, pilier essentiel de la croissance et donc de l’emploi.

Nous ne pouvons que regretter que de nombreuses idées reçues mais contraires aux réalités continuent de prospérer sur l’impact environnemental de ces imprimés publicitaires. Nous vous rappelons que le papier majoritairement utilisé est soit du papier recyclé, soit du papier issu de forêts gérés durablement. Le papier est le seul support de communication et d’information issu de ressources renouvelables, recyclables jusqu’à 5 fois et biodégradables. L’impression française intègre les exigences d’un développement durable et responsable comme le démontrent la création et la généralisation du label Imprim’Vert depuis plus de 10 ans. Grâce à l’éco-conception, le poids moyen d’un imprimé publicitaire a diminué de plus de 20 % au cours de ces 6 dernières années alors même que les techniques de ciblage permettent dorénavant une optimisation des quantités produites et distribuées.

La généralisation des Stop-pub que vous évoquez aurait des conséquences importantes socialement (avec la suppression de plusieurs dizaines de milliers d’emplois notamment dans le domaine de la distribution où ces emplois sont la source de revenus principaux ou secondaires, pour des étudiants ou des retraités le plus souvent, indispensables pour assurer leur quotidien) et économiquement (avec une baisse de la consommation des ménages et donc des emplois menacés dans la grande distribution). Culture Papier soutient bien évidemment les démarches responsables des distributeurs en boîtes aux lettres afin de respecter le Stop-Pub.

Vous plaidez pour la prise en charge à 100 % du montant de la collecte et du traitement par les producteurs. Nous défendons aux côtés de nos adhérents et de notre partenaire Eco-Folio, une éco-contribution responsable et économiquement viable pour les entreprises concernées. Des progrès énormes en matière de rationalisation de la collecte sont en cours et nous déplorons tout jugement trop catégorique. D’autre part, pourquoi demander aux producteurs concernés cette prise en charge à 100 % qui n’est pas demandée pour les autres secteurs économiques ?

Culture Papier ne défend pas un modèle obsolète de production et de diffusion d’imprimés publicitaires incontrôlés mais promeut, à travers les pratiques responsables, tant en matière sociale qu’environnementale, de ses adhérents le développement durable de ces supports.

Nous serions par conséquent, madame Chesnais, particulièrement heureux de vous rencontrer pour vous permettre de mieux connaître les réalités du papier, support important, utile et particulièrement respectueux des principes établis du développement durable.


Laurent de Gaulle
Président de l’association Culture Papier

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...