Le groupe Lenouvelr (17) poursuit son développement

Deux acquisitions, des investissements et des embauches au programme pour le groupe d'imprimeries basé à La Rochelle, en Charente-Maritime.

Avec deux acquisitions ces six derniers mois, le groupe Lenouvelr dirigé par Dominique Boucard a augmenté son chiffre d'affaires de 3,2 millions d'euros et ses effectifs d'un tiers. Il représente désormais un chiffre d'affaires cumulé de 13,8 millions et compte 88 salariés.

Cette holding d'imprimerie comprend l'agence 123 Simone (chiffre d'affaires de 300 000 euros et 4 salariés), située à Périgny en Charente-Maritime, l'imprimerie Numérique Ambiance Graphique (1 million d'euros et 5 employés), située aussi à Périgny et le siège de Lenouvelr, l'imprimerie Rochelaise, à La Rochelle en Charente-Maritime, spécialisée dans l'édition et les catalogues événementiels, avec ses 47 personnes et 9,5 millions de chiffre d'affaires.

Deux opérations de croissance externe

Le 1er novembre, l'imprimerie Planchenault, installée à Ancenis en Loire-Atlantique, rejoint le groupe rochelais. Équipée en offset, cette entreprise avec ces 18 salariés et son chiffre d'affaires de 2,3 millions, produit des travaux de ville. L'imprimerie a été vendue par ses propriétaires partant en retraite au groupe.

Cela permet au groupe de se positionner sur une nouvelle région, les Pays de la Loire. Dominique Boucard va aussi mutualiser le parc machine de Planchenault avec l'imprimerie Rochelaise. Il pourra ainsi répondre aux petites et grandes quantités.

Et cet été, SemaPlus, installée à Châtellerault (86), a également grossi les rangs du groupe Lenouvelr. Cette agence de création qui réalise 900 000 euros de chiffre d'affaires avec quatre salariés est spécialisée dans la communication visuelle par l'objet. L'ancien patron a accompagné la reprise du groupe pendant un trimestre pour une bonne transition. C'est le dirigeant de l'imprimerie Numérique Ambiance Graphique, Ludovic Charasse, qui pilotera cette unité.

Dominique Boucard, le président du groupe explique : "La communication par l’objet était une branche qui nous manquait."

"Tout ce qui se lit doit être imprimé"

"Aujourd’hui avec la partie offset, la partie numérique, l'agence en communication que nous avons en interne plus cette agence en communication visuelle par l'objet nous permet de proposer quasiment tout ce qui se lit. Je pars du principe que tout ce qui se lit doit être imprimé par le groupe !"

Sa stratégie pour gèrer cet ensemble de laisser une indépendance à chaque branche du groupe : "Quand nous sommes en prospection pure en imprimerie, soit on vend de l'offset, soit du numérique – grand format – soit de la communication. Le même acteur ne peut pas proposer le tout.
J'ai fait le choix de pouvoir proposer tous ces métiers - car cela reste des métiers - par des patrons différents. C'est plus sécurisant dans la démarche commerciale parce qu'une seule personne n'est pas capable de tout faire. Mais une personne peut proposer un panel d'entreprises qui sont, elles, professionnelles."

Prochainement d'autres investissements et des embauches

Le directeur a également décidé d'investir dans du matériel. L'imprimerie Rochelaise recevra d'ici la fin de l'année une presse numérique grand format de MGI, une Météor DP8700XL et en février une ligne de coupe Polar d'Heidelberg, une machine de finition Duplo et une sortie Palamides pour plieuse.

Il va également embaucher début 2016 deux personnes à la production pour le site de SemaPlus, et deux commerciaux pour l'ensemble du groupe.

Plus d'articles sur les chaînes :

Charente-Maritime
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...