MP2PLV (53) sauvé du redressement judiciaire par un salarié ambitieux

Antonio Marques Da Costa compte innover dans la PLV grâce à la réalité virtuelle et vise une augmentation du chiffre d'affaires de près de 20% d'ici fin 2018.

Salarié depuis 22 ans dans l'entreprise, Antonio Marques Da Costa a repris MP2PLV, à la barre du tribunal de Commerce de Laval, placée en redressement judiciaire en février. Située à Martigné-sur-Mayenne, MP2PLV est spécialisée dans la publicité sur le lieu de vente (PLV) pour les magasins de prêt-à-porter et réalise un chiffre d'affaires de 7,6 millions d'euros.

À la tête de l'entreprise depuis le 2 mai, le nouveau pdg a repris 23 personnes sur 26 et a embauché deux commerciaux. MP2PLV se nomme désormais MP3PLV, Antonio Marques Da Costa, étant le troisième patron de cette imprimerie fondée en 1967.

Antonio Marques Da Costa à l'accent portugais est un touche-à-tout dynamique et entreprenant. Il a travaillé à quasiment tous les postes de l'entreprise. Il a débuté à l'atelier, est passé au bureau d'étude et jusqu'à début mai, il était le directeur commercial de MP2PLV.
Il pensait monter sa propre boîte depuis quelques années. Son ancienne patronne lui a alors suggéré de reprendre son entreprise en redressement judiciaire.

"J'en ai discuté avec mes collègues et comme ils étaient tous partant pour me suivre... il fallait le faire ! Et puis, j'aime les challenges !", explique le pdg.

2,4 millions d'investissement et 9 millions de chiffre d'affaires d'ici 2018

Il faut dire qu'il a de grands projets pour cette entreprise : "Mon objectif 2016 est de faire le même chiffre d'affaires pour cette année. Et ensuite je souhaite arriver à 9 millions de chiffre d'affaires et 40 salariés en 2018."

Pour cela, il a un plan de développement sur trois ans qui prévoit des investissements de 2,4 millions en matériel et développements de nouveaux produits. La première machine devrait être installée d'ici la fin de l'année.

Il compte diversifier les marchés de l'entreprise autre que le prêt-à-porter, qui représente aujourd'hui 80 % du chiffre d'affaires, comme sur l'agroalimentaire, la parapharmacie ou la jardinerie. "Il ne faut pas que nous soyons bons juste dans le prêt-à-porter : nous devons être bons dans plusieurs domaines."

Innover dans la PLV grâce à la réalité virtuelle

Il va également développer le bureau d'étude. "Je veux vraiment innover dans le monde la PLV."
Il explique : "Nous sommes dans le bassin de Laval, qui connaît très bien le process de réalité virtuelle. Je veux pouvoir, en collaboration avec des partenaires du secteur, développer des systèmes innovants pour les magasins et proposer à nos clients à se mettre à la réalité virtuelle. En Allemagne, ça existe déjà, mais en France, ce n'est pas très développé."

La réalité virtuelle sera intégrée à la PLV : "Imaginez : dans un magasin de bricolage, si vous voulez acheter de la peinture pour une chambre, vous apportez la photo de la pièce et vous pouvez mettre la couleur que vous voulez. Cela peut vous éviter des désagréments lorsque vous apportez la peinture chez vous."

Des produits PLV de ce type sont déjà à l'étude.

"Mais je ne vais pas m'attaquer à tous les fronts en même temps, je vais commencer par des domaines bien spécifiques, un par un. Cela ne sert à rien d'être partout à la fois," souligne sagement le nouveau patron. 

Plus d'articles sur les chaînes :

Mayenne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...