La SNDF (91) met la clef sous la porte

Le 7 novembre au soir l'entreprise de façonnage de région parisienne sera liquidée mettant ses 90 salariés au chômage.

Après la fermeture de La Brochure Industrielle en décembre 2015, c'est au tour de la Société nationale de façonnage (SNDF), le dernier gros brocheur d'Île-de-France, de fermer (lire Liquidation et vente aux enchères pour La Brochure Industrielle). En redressement judiciaire depuis plusieurs années, les résultats de ces derniers mois ont eu raison de la santé financière de l'entreprise. Cette société coopérative ouvrière de production (scop) fermera lundi 7 novembre au soir mettant ses 90 salariés au chômage.

Fondée en 1976, l'entreprise dirigée par Roger Courbassier depuis 21 ans et située à Palaiseau (91) en Essonne est spécialisée le dos carré collé pour les travaux haut de gamme pour la haute couture, la parfumerie et pour les commissaires priseurs. Elle maîtrise le sans-couture, la couture et la technologie PUR dont elle a été précurseur en France avec l'entreprise Clément en 1999.

Depuis mi-mai c'est "la catastrophe"

"En 2011, nous avons fait 6,3 millions d'euros de chiffre d'affaires et l'année suivant, nous avons perdu deux très gros marchés, des travaux de fond, qui représentaient 1,2 million d'euros... explique Roger Courbassier. En 2015, nous avons eu du mal à approcher les 5 millions. Et là, depuis le printemps dernier c'est la catastrophe : du 1er janvier jusqu'à mi-mai, nous travaillions en triple équipe sur deux machines à relier. En ce moment nous avons du mal à remplir une machine en double équipe."

Roger Courbassier travaille depuis plus de 40 ans chez SNDF et il est à sa tête depuis 21 ans.

Il poursuit : "C'est l'activité professionnelle en général, ce n'est pas spécifique à notre entreprise. Tous les travaux de fond sont tous partis à l'étranger, parce que c'est moins cher là-bas et aujourd’hui il n'y a pas à manger pour tout le monde."

Aucun repreneur trouvé

Le 13 juin dernier, le tribunal de Commerce d'Évry a laissé à la scop jusqu'au 30 septembre pour trouver un repreneur. Plusieurs entreprises se sont montrées intéressées, mais aucune n'est allée au bout de cette démarche. Roger Courbassier présume que le statut de scop leur a fait peur.

"Si personne ne souhaite rachète tout le matériel, il sera vendu aux enchères entre janvier et février." Le parc machine comprend une douzaine de plieuses, deux couseuses, quatre massicots, deux chaînes de reliure et du petit matériel.

"Cela fait 41 ans que je suis ici. Entre Palaiseau et porte d’Orléans, il y avait avant 40 brocheurs. Aujourd'hui il ne reste plus que SNDF et dans 15 jours nous ne serons plus là..." déplore le pdg.

Plus d'articles sur les chaînes :

Essonne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...