Le papier connecté d'Arjowiggins a sa régie publicitaire

Le papetier avec sa version augmentée du papier qui donne une nouvelle dimension au support print, a le soutien de la ADSP et cette collaboration semble commencer à porter ses fruits.

Le

Depuis plusieurs années, la publicité se déplace vers internet au détriment de la presse papier. La technologie du papier connecté d'Arjowiggins pourrait relancer le secteur de la pub print.

Le papetier s'est associé en mars dernier avec la régie ADSP pour lancer le PowerCoat Alive sur le marché publicitaire.

Et, les efforts semblent payer. Gautier Pigasse, VP Mobile Marketing chez ADSP, confiait ce mois-ci au Parisien être actuellement en discussions avec plusieurs grands groupes et annonceurs intéressés par le PowerCoat Alive. 

Ce papier permet d'accéder à des contenus additionnels (vidéo, bons de réduction, etc.), qui se déclenchent automatiquement lorsqu'on pose son portable.

PowerCoat Alive est la version prêt à l'emploi du papier connecté PowerCoat lancé en 2012 par Arjowiggins. Ses circuits électroniques sont pré-imprimés, le papier pré-laminé, permettant aux imprimeurs et les utilisateurs finaux d'intégrer facilement l'interactivité dans les applications de papier traditionnels.

Cette technologie intègre directement la puce NFC et son antenne dans sa composition cellulosique du papier. Ce papier est recyclable et aucune étiquette plastique ni QR Code n'est nécessaire. 

Commet ça marche ?

"Ce qui est formidable, c’est cette réconciliation entre le papier et le digital, qu’on a souvent opposés", se félicitait Gautier Pigasse, VP Mobile Marketing chez ADSP, lors de son lancement.

Ce papier connecté est adapté aux téléphones équipés de la technologie NFC (Near Field Communication) avec OS Android ou Windows Phone (systèmes qui représentent 70 % du parc des smartphones en France).

Le lecteur dépose son téléphone mobile sur le papier connecté, une publicité par exemple. Le papier renvoie un contenu sur le téléphone. Celui-ci donne alors accès à divers contenus : vidéos, site mobile, etc., afin de compléter le premier message imprimé.

"L’effet est spectaculaire, car il n’est pas nécessaire de paramétrer quoi que ce soit, ou de télécharger une application, pour accéder à ces contenus supplémentaires. Vous posez le téléphone sur l’image, et une porte s’ouvre sur un monde de nouveaux contenus et d’infinies possibilités" précisait Gautier Pigasse.

Les applications possibles

Cette solution permet d’échanger des informations personnalisées avec l’utilisateur et de mesurer l’efficacité des campagnes.

"Nous avons créé Powercoat Alive comme un papier qui interagit avec le lecteur et augmente son expérience via le mobile, expliquait Frédéric Kern, responsables du business développent chez Arjowiggins Creative Papers. De ce fait, il devient un média hyper qualitatif entre lui et la marque. En retour, il fournit à la marque beaucoup d’informations sur ses utilisateurs, notamment une grande quantité de données statistiques aujourd’hui uniquement disponibles dans les campagnes web ou mobiles."

La liste des possibilité est donc immense et concerne un très grand nombre de supports : l’affichage, la publicité, les catalogues, les mailings, les étiquettes produits, les cartes de visite, les livres, les emballages...

 

Réagir à cet article
Elo Etudes - 29 Juin 2015
quid de la fermeture de l'usine dans le Pas de Calais ?
Anthony Alamartine - 08 Juillet 2015
Ou peut-on faire imprimer des travaux sur ce papier ?
Ajouter un commentaire...
Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO