Bientôt une usine de recyclage de coproduits papetiers dans les Vosges

L'usine Norske Skog Golbey située près d'Epinal est l'un des plus importants producteurs de papier journal d'Europe.

Ce projet BioSkog doit permettre la production de carbone destinée aux industries de la chimie et des carburants en utilisant les coproduits papetiers, sur le site de Norske Skog Golbey.

La papeterie française du norvégien Norske Skog et Biomethodes, spécialisée dans la transformation de la biomasse non alimentaire, vont construire une bio-raffinerie dans les Vosges, sur le site de Norske Skog Golbey situé près d'Epinal.

La société de projet issue de cette collaboration a comme objectif la construction d’une unité de production de composés chimiques opérationnelle dès 2018. Cette usine, baptisé BioSkog, devra transformer 40 000 tonnes par an de bois et de coproduits papetiers et certaines essences de bois en carbone renouvelable, destiné à se substituer aux molécules d’origine fossile.

Norske Skog Golbey (400 salariés et 270 millions d'euros de chiffre d'affaires) a actuellement une capacité de production de 600 000 tonnes de papier journal par an, ce qui fait d'elle l'un des plus importants sites de production d'Europe.

"Même si le procédé est plus adapté aux feuillus, il est possible d’utiliser des résineux, ce que nous utilisons dans notre processus papetier, nous précise le papetier. Le co-produit évoqué est constitué des particules fines issues de la mise en plaquettes, qui représentent environ 10 000 tonnes/an. Elles ne sont pas utilisables pour la fabrication de la pâte à papier mais peuvent convenir aujourd’hui pour la fabrication de panneau ou la production d’énergie, et demain dans le projet BioSkog."

Biomethodes a développé cette technologie à l'échelle pilote aux USA. Mais il n'existe pas aujourd'hui de technologie opérationnelle à l’échelle industrielle capable d'atteindre ce résultat, nous assure le papetier.

La bio-raffinerie BioSkog permettra "l’émergence d’une bio-économie respectueuse de l’environnement destinée aux industries de la chimie et des carburants, basée sur l’utilisation d’une matière première durable et non alimentaire", expliquent les deux partenaires.

Et BioSkog offrira des débouchés à haute valeur ajoutée à la filière bois en apportant une nouvelle source de revenus à l’unité de production de papier journal Norske Skog Golbey.

Cette bio-raffinerie créera 40 emplois directs.

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Vosges
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...