Verbatim - Les presses typo, hier une hérésie, aujourd'hui une valeur ajoutée

Thomas Berthon, graphiste et passionné par l'impression typographique, a ouvert un atelier letterpress à Avignon. Il nous parle de cet art, qui revient sur le devant de la scène.

"Rentrer dans le papier, avoir ce foulage en typo, à la base c'était une hérésie. Au verso du papier, il ne fallait pas avoir la trace de ce que vous aviez imprimé au recto.

Mais aujourd'hui, c'est ça que l'on recherche, ce relief dans le papier pour avoir une valeur ajoutée esthétique plus importante.

L'association d'un beau papier et de cette impression en creux... on reste difficilement insensible à ce rendu."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Gilles Petit - 27 Novembre 2015
Ah excellent, moi le "vieux typo de 65 ans" je jubile, vous pensez avec mes 400 casses et mes petites presses à main : grosse presse à épreuves Deberny et Peignot 46x65 cm et mes platines marge à main, j'imprime pour le plaisir et quel plaisir de composer à l'ancienne, après avoir tiré mes casses... C'est inégalable, inénarable, c'est du plaisir à l'état pur... de travailler en cicéros, composteur à la main, avec tous ces caractères variés dont certains très anciens (Française Légère corps 12 de 1912) et ces incroyables vignettes Roses et Perles, ou ces Giraldon ! Alors vive la typo éternelle et retrouvée... Gilouletypo de l'Atelier du Cygne Typographique (atelier-musé privé en Touraine, le seul, le vrai de la région ! Passionné de plomb je resterai jusqu'au bout, typographiquement vôtre.
Gérard Porcheret - 04 Décembre 2015
Moi aussi je suis un ancien "typo" (Bientôt 50 ans de métier) c'est avec plaisir que je vous rendrai visite en Avignon.
Ajouter un commentaire...
Reportage : Renaissance d’une imprimerie typographique

Thomas Berthon, 36 ans, ouvre un atelier d'impression typographique (84)

Verbatim - Les presses typo au musée en France, dans des salons aux États-Unis