Pascal Lebard face aux salariés de Wizernes (62)

Le président-directeur général de Sequana est allé dans le Pas-de-Calais, à Wizernes, dans l'usine de sa filiale Arjowiggins. En avril, il avait annoncé vouloir vendre ce site, ainsi que celui de Charavines, en Isère.

Lundi, à la papeterie de Wizernes, Pascal Lebard, le PDG du groupe Sequana, a tenté de répondre aux interrogations du personnel sur l'avenir de l'usine. 

Environ 200 salariés sur les 300 que compte la fabrique de papier, étaient présents. Et dans une ambiance pesante, de méfiance réciproque, ils ont surtout questionné le président-directeur générale sur la vente de l'entreprise.

Pascal Lebard a déclaré qu'un seul candidat était en lice actuellement pour la reprise de l'usine, François Vessière, qui fut directeur du site dans les années 90, contredisant un mail de la direction envoyé quelques jours plus tôt qui fait état de deux repreneurs.

Il semblerait que l'autre acheteur évoqué (lire ici) ait été écarté par le PDG. Les syndicats supposent que ce second candidat aurait proposé des offres concurrentes à Arjowiggins.

Et malgré l'insistance des salariés, Pascal Lebard n'a pas souhaité préciser la nature exacte du projet de rachat de François Vessière, parlant seulement un produit ″novateur″.

Il a également rappelé que cette candidature n'était encore qu'à l'état de projet.

Il a cependant assuré que le futur repreneur serait aidé par le groupe.

La cession de la papeterie de Wizernes pourrait se faire pour un euro symbolique. Puis pendant une période de 18 à 36 mois, Arjowiggins commanderait de la sous-traitance au site. De plus, une partie de l'enveloppe prévue pour le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), serait mise dans ce rachat.

Concernant le PSE d'ailleurs, Pascal Lebard souhaite faire démarrer le compte à rebours de quatre mois, à partir du 29 octobre, jour d'une réunion à laquelle aucun membre du personnel n'est venu.

Mais aucun document officiel n'a encore confirmé ce début des négociations auxquelles s'opposent les différents syndicats.

 

(En photo, une banderole, posée à l'entrée de l'usine du Pas-de-Calais, témoignant du climat houleux entre le PDG et les syndicats.)

Plus d'articles sur les chaînes :

Pas-de-Calais
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise