Erreur 53 - Quand Apple sabote ses iPhone 6

Pourquoi une mise à jour peut-elle rendre votre iPhone inutilisable ?

Le

Erreur 53. Si vous voyez ce message apparaître sur votre écran, vous pouvez dire au revoir à votre iPhone. En effet, d’après une information révélée hier par le journal britannique The Guardian et qui s’est répandue comme une trainée de poudre sur la toile, provoquant la colère des utilisateurs, les iPhone 6 et 6 Plus auraient une sorte de fonction d’autodestruction dans leur système.

Pour être clair, Apple a saboté ses iPhone 6 et 6 Plus afin que ceux réparés dans des magasins non agréés se retrouvent bloqués après la mise à jour du système d’exploitation. C’est un peu comme la capsule de cyanure que l’espion choisit d’avaler plutôt que de subir la torture de ses ennemis… l’iPhone ne souhaite pas révéler ses secrets à tout le monde.

Colère des utilisateurs

D’après The Guardian, des millions d’utilisateurs d’iPhone 6 se sont ainsi fait piéger. Cela se passe de la manière suivante : l’utilisateur fait réparer le bouton "Home" (bouton principal) de son iPhone 6 par un réparateur non agréé et lorsqu’il fait plus tard la mise à jour, le téléphone arrête de fonctionner, affichant le message "erreur 53". À ce stade, il est déjà trop tard. L’appareil est définitivement inutilisable.

Si l’on savait déjà que la réparation d’un iPhone chez un réparateur non agréé annulait sa garantie, en revanche, le blocage total et irréversible du téléphone, cela passe mal chez les utilisateurs.

Apple évoque des raisons de sécurité

Face au tollé provoqué par cette révélation, Apple a immédiatement réagi, invoquant des raisons de sécurité : "Nous prenons la sécurité de la clientèle très au sérieux et l’erreur 53 est le résultat de contrôle de sécurité visant à protéger nos clients", explique la marque à la pomme.

C’est le capteur d’empreinte digitale TouchID présent dans le bouton "Home" et qui permet de déverrouiller son iPhone qui est en cause. Lors de la mise à jour, le système analyse l’ensemble des composants et s’il détecte que le module TouchID n’est pas d’origine ou qu’il est "non identifié", la vérification échoue. L’objectif est d’éviter l’installation d’un capteur frauduleux.

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO